Hersant Media: Bernard Tapie se rapproche d'un retour aux affaires

MEDIAS Bernard Tapie a fait une offre de reprise de la totalité des actifs du groupe Hersant Media. Une enveloppe de 50 millions d'euros qui le replongerait au cœur des affaires et de l'actualité...

B. de V. (avec agences)

— 

Bernard Tapie, en février 2010, à Paris.
Bernard Tapie, en février 2010, à Paris. — MEIGNEUX/SIPA

Tout le monde l’attendait dans le monde du football, au Paris FC où à l’OGC Nice, mais il pourrait finalement refaire surface dans la presse. Un secteur malade mais attractif, notamment en termes d’influence, pour l’homme d’affaires sexagénaire aux mille facettes. Annoncé comme potentiel repreneur du groupe Hersant Media (GHM) à 100%, l’ancien patron de l’OM mettrait la main sur un empire lourdement amoindri et endetté à hauteur de 215 millions d’euros.

Un retour tout de même dans le Sud-Est

L’offre porterait sur les quotidiens La Provence, Nice-Matin, Var-Matin et Corse Matin ainsi que France-Antilles Guadeloupe, France-Antilles Martinique et France-Guyane. 

Alors que des repreneurs potentiels sont sur les rangs pour reprendre tout ou partie du pôle Sud-est du groupe ou son pôle Antilles-Guyane (François Pinault serait notamment intéressé ainsi que le franco-libanais Iskandar Safa, conseillé par Etienne Mougeotte), la famille Hersant et l'homme d'affaires ont fait une proposition commune à hauteur de quelque 50 millions d’euros pour racheter les créances des banques et reprendre toutes les activités restantes, selon une source proche du dossier. L’offre devra être finalisée d’ici le 8 décembre prochain, a affirmé cette source.

«Pour un certain nombre de banques, l'une des qualités de l'offre de Tapie et de la famille Hersant, c'est que justement elle est globale, alors que si on commence à vendre par petits bouts, ça veut dire que ça va durer», souligne la source. En vertu de l'accord, l'ensemble des dettes serait annulé en contrepartie du chèque annoncé, dont la répartition entre la famille Hersant et Bernard Tapie resterait encore à finaliser.

Bernard Tapie n’en est pas à son coup d’essai                                                                                     

Grand spécialiste de la reprise des affaires en difficultés, Bernard Tapie avait fait part la semaine dernière de son intérêt au moins pour le pôle Sud du groupe Hersant, tout en démentant des rumeurs affirmant qu'il envisageait de se présenter aux prochaines municipales à Marseille (Bouches-du-Rhône). Il est aujourd'hui à la tête d'une fortune importante grâce notamment aux 285 millions d'euros que lui avait accordés en 2008 un tribunal arbitral statuant sur un contentieux qui l'opposait au Crédit Lyonnais sur la vente litigieuse d'Adidas par la banque en 1993.

Après l'échec d'une offre de reprise globale par le groupe belge Rossel cette année, GHM a déjà dû céder plusieurs de ses fleurons. Rossel a annoncé en octobre l'acquisition du pôle Champagne-Ardenne-Picardie - L'Union-L'Ardennais, L'Est Eclair, Libération Champagne et L'Aisne nouvelle, ainsi que la radio Champagne FM. Quant à Paris-Normandie, il a été repris cet été par les journalistes Xavier Ellie et Denis Huertas.