E-commerce: Fleur Pellerin veut accélérer l'harmonisation fiscale européenne

© 2012 AFP

— 

La ministre déléguée à l'Economie numérique Fleur Pellerin a plaidé mardi pour une accélération de l'harmonisation fiscale en Europe des sites de e-commerce qui s'y implantent, lors d'une visite chez vente-privée.com pour le lancement des achats en ligne de Noël.
La ministre déléguée à l'Economie numérique Fleur Pellerin a plaidé mardi pour une accélération de l'harmonisation fiscale en Europe des sites de e-commerce qui s'y implantent, lors d'une visite chez vente-privée.com pour le lancement des achats en ligne de Noël. — Fred Dufour afp.com

La ministre déléguée à l'Economie numérique Fleur Pellerin a plaidé ce mardi pour une accélération de l'harmonisation fiscale en Europe des sites de e-commerce qui s'y implantent, lors d'une visite chez vente-privée.com pour le lancement des achats en ligne de Noël.

Mettre fin à la concurrence déloyale

«Les taux de TVA différents d'un pays à l'autre créent une concurrence déloyale», a-t-elle déclaré devant des journalistes à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).

«Le gouvernement discute avec ses partenaires européens pour accélérer le calendrier. On ne doit pas attendre 2019 (date prévue pour la mise en application de cette harmonisation fiscale) pour que cette concurrence anormale cesse de s'exercer», a-t-elle insisté.

«Il n'y a aucune raison pour qu'Amazon (son concurrent américain) paie zéro impôt parce que son siège est au Luxembourg», a renchéri le patron de vente-privée.com, Jacques-Antoine Granjon.

La ministre s'est par ailleurs félicitée de la réussite de vente-privée.com, qui emploie plus de 1.600 personnes en France. «C'est un plaisir de visiter une entreprise française qui va bien», a déclaré Pellerin.

Le e-commerce pour le redressement

«Le e-commerce peut participer demain très fortement au redressement économique de notre pays», a-t-elle ajouté, rappelant que le commerce en ligne connaît en France des «croissances à deux chiffres», de l'ordre de 20% par an.

La ministre a souligné que la «plupart des freins au développement des ventes en ligne avaient été levés» avec l'amélioration des livraisons et la sécurisation des moyens de paiement. Fleur Pellerin effectuait cette visite à quelques semaines de Noël et alors qu'une étude Médiametrie/Netratings montre que 70% des Français prévoient d'effectuer leurs achats de fin d'année sur internet.

Selon la fédération du e-commerce (Fevad), les Français prévoient de dépenser quelque 9 milliards d'euros en ligne pour leurs achats de Noël (+18% par rapport à 2011). «Pour nous, c'est tous les jours Noël», s'est félicité Granjon, qui table sur un chiffre d'affaires 2012 de plus de 1,2 milliard d'euros.

Le site, qui reçoit 2,5 millions de visiteurs chaque jour, expédie environ 75.000 commandes par jour. Ce chiffre passe à 100.000 en période d'achats de Noël (du 10 novembre au 10 décembre pour les achats en ligne).