Retour sur la page d'accueil 20 Minutes
CONSOMMATIONBlack Friday: Pourquoi ça marche partout... sauf en France

Black Friday: Pourquoi ça marche partout... sauf en France

CONSOMMATION
Le Black Friday, c'est aujourd'hui. Le vendredi suivant le quatrième jeudi de novembre, jour de la célébration de Thanksgiving, les consommateurs américains se ruent dans les magasins pour profiter de promotions exceptionnelles. La France ne s’y est pas encore mise…
Des jeunes filles déguisées en lutins défilent lors de la parade de Macy's pour Thanksgiving, New York, le 22 novembre 2007.
Des jeunes filles déguisées en lutins défilent lors de la parade de Macy's pour Thanksgiving, New York, le 22 novembre 2007. - B. McDERMID / REUTERS
Bertrand de Volontat (avec agences)

Bertrand de Volontat (avec agences)

Digérer la dinde en courant dans les rayons des magasins à la recherche de la bonne promo, c’est le sport national outre-Atlantique des consommateurs. Les commerçants américains profitent de ce Black Friday (vendredi noir, en français) pour vider les stocks, parfois à perte, avant de remplir leurs étalages pour l'autre gros marché de la période: Noël.

Plus le temps de digérer la dinde du jeudi

Le Black Friday est une telle source de revenus que l’ouverture se passe dès jeudi soir pour plusieurs grands magasins, qui espèrent réaliser jusqu'à Noël une bonne partie de leurs ventes annuelles. La chaîne de magasins discount Target a ainsi rejoint cette année le mouvement initié l'an dernier par Wal-Mart et Gap en rompant le sacro-saint congé de Thanksgiving. Pour ne pas être les dindons de la farce, Target ou Toys’R’Us ont eux aussi avancé leur heure d'ouverture cette année.

«Les distributeurs ont transformé un sprint de quatre ou cinq heures où tout pouvait arriver en une sorte de marathon», note Patty Edwards, chef investissements chez Trutina Financial. Mais pour les grands magasins, seule la victoire est belle. D'autant que l'enjeu est de taille, puisqu'ils peuvent réaliser plus du tiers de leurs ventes annuelles pendant les vacances de fin d'année.

Deux journées de shopping en plus, ça change tout

L'Association nationale de la distribution table sur une hausse de 4,1% des ventes pendant la période des vacances de novembre-décembre, contre 5,6% en 2011 -la peur du chômage et d'éventuelles hausses d'impôts dues au «mur budgétaire» étant susceptibles de brider les acheteurs. Les consommateurs sont 21% à prévoir de se serrer la ceinture, et 11% à envisager au contraire de desserrer les cordons de la bourse.

Le calendrier pourrait aussi jouer en faveur des magasins, puisqu'il y a cette année deux jours de plus que l'an dernier entre Thanksgiving et Noël, et surtout un week-end entier, le 25 décembre tombant cette fois un mardi au lieu d'un dimanche. Ces deux journées de shopping supplémentaires pourraient générer une augmentation de 3 à 4% des ventes à périmètre comparable en décembre.

Autre facteur à prendre compte: le climat. L'hiver dernier, particulièrement doux, avait pénalisé les ventes de vêtements chauds et contraint les magasins à brader les prix. Cela ne devrait pas être le cas cette année, les températures étant déjà beaucoup plus fraîches. Les économistes s'attendent toutefois à ce que le passage dévastateur de l'ouragan Sandy sur la côte est fin octobre limite la somme que les populations concernées pourront consacrer à leurs achats.

Et en France?

Le concept du Black Friday, similaire au Boxing Day britannique -le 26 décembre de chaque année- qui génère des millions de dollars, s'exporte timidement en France, où le système des soldes fixes bloque notamment l’avancée de ce jour particulier.

Apple en est le pionnier en France. La marque à la pomme lance, comme depuis quelques années déjà, une journée de promotions sur une partie de ses produits: réductions allant de 20 à 100 euros sur les Macbook, iPad, et iPod. Des enseignes comme la Fnac offrent 10% de remise pour ses adhérents, tandis que le site PriceMinister en ligne annonce aussi des promos, mais sur les produits Apple uniquement…

En France, le Black Friday est ainsi très tourné e-commerce. Amazon France propose également cinq «jours éclairs» et quelques autres sites spécialisés profitent de ce jour pour offrir des réductions allant jusqu’à -50%. Loin de la marée noire des dépenses outre-Atlantique. Preuve ultime du désintérêt pour le phénomène, l’UFC Que Choisir, interrogé par 20 Minutes, affirme n’avoir jamais réalisé d’étude sur les consommateurs français.

>> Si le Black Friday se généralisait, en profiteriez-vous? Dites-le nous dans les commentaires ci-dessous ou à reporter-mobile@20minutes.fr.

Sujets liés