Télécoms: l'heure de la loi a sonné

©2006 20 minutes

— 

Les opérateurs de télécoms ne pourront bientôt plus se contenter de vagues « engagements » envers leurs clients, dont les plaintes explosent. Le ministre de l'Economie, Thierry Breton, a précisé hier au Journal du Dimanche leurs futures obligations. La loi de protection des consommateurs, qui sera présentée en octobre, rendra le temps d'attente des hot lines gratuit et limitera à dix jours le délai de résiliation des abonnements, remboursement du dépôt de garantie compris.

Le vote du texte, à la fin de l'année, mettra fin à dix-huit mois de tergiversations des opérateurs de téléphonie, fournisseurs d'accès à Internet et chaînes câblées. L'an dernier, les tables rondes se sont succédé à Bercy, suivies de promesses pour améliorer le service aux abonnés. Une loi a même été annoncée pour encadrer les résiliations. Mais cet été, les associations de consommateurs ont dénoncé l'absence d'avancées concrètes. Désormais, leur victoire est proche, à un détail près : la durée d'engagement des abonnés. Le silence de Breton sur ce point arrangera sans doute les opérateurs de téléphonie mobile, qui ont accepté d'y renoncer en février 2005 pour changer d'avis cinq mois plus tard.

A. B.

Selon l'UFC-Que Choisir, les opérateurs mobiles inventent des obstacles techniques pour mettre plus de dix jours à se transférer entre eux un client et son numéro, un délai pourtant garanti par la loi depuis 2005.