France: Retards de paiement des entreprises en hausse au 3e trimestre

© 2012 AFP

— 

Le moral des industriels est retombé à son niveau du début de l'année et augure d'une activité en berne, au moment où le gouvernement a ouvert la voie à une révision des prévisions de croissance dans l'Hexagone.
Le moral des industriels est retombé à son niveau du début de l'année et augure d'une activité en berne, au moment où le gouvernement a ouvert la voie à une révision des prévisions de croissance dans l'Hexagone. — Alain Jocard afp.com

Les retards de paiement des entreprises françaises ont progressé au troisième trimestre et un peu moins d'une seule sur trois paye ses fournisseurs dans les temps, souligne une étude de la société Altares publiée jeudi.

11,8 jours en moyenne

En moyenne au troisième trimestre, les retards de paiements ont été de 11,8 jours, contre 11,5 jours au trimestre précédent qui marquait un seuil historiquement bas, selon Altares. Ils reviennent à leur niveau atteint au premier trimestre.

L'étude note que seules 32,3% des entreprises payent leurs factures sans retard sur le trimestre écoulé, soit un point de pourcentage de moins qu'au deuxième trimestre. Altares observe en outre que les retards supérieurs à 15 jours progressent d'un point de pourcentage à 31,6%, ce qui traduit une tension concernant la trésorerie des entreprises.

Par type de sociétés, les payeurs ponctuels sont les moins nombreux parmi les entreprises de taille intermédiaire et les grandes entreprises, qui ne sont que 9,7% à régler leurs fournisseurs sans retard, un chiffre en baisse.

De leur côté, les microentreprises voient leur situation se dégrader, avec 24,4% d'entre elles qui reportent leurs règlements de 15 à 30 jours. La situation parmi les PME reste tendue. Elles sont 42,8% à reporter leurs paiements de 1 à 15 jours et 28,9% de 15 à 30 jours.

L'Allemagne, meilleur élève

L'administration est également concernée, avec 22,6% des règlements aux fournisseurs reportés de 15 à 30 jours. Altares ajoute que la situation en Europe est également préoccupante, puisque les retards de règlement sont au plus haut depuis 18 mois à 13,7 jours.

Une nouvelle fois, les entreprises allemandes (retard moyen de 6,2 jours) sont les meilleurs élèves. Elles sont 73,7% à respecter les délais de paiement et certaines anticipent les dates de règlement. Les entreprises néerlandais ne sont pas en reste (à 49,4% ponctuelles pour un retard moyen de 8,5 jours), légèrement mieux qu'en Belgique (à 44,6% ponctuelles pour un retard moyen de 11 jours).