Essence: Vers une aide financière pour les plus démunis?

CARBURANT A dix jours de la fin des baisses de taxes annoncées en août, Bercy plancherait sur une allocation sociale spécifique selon «Le Journal du Dimanche»...

C.P.

— 

Dans certaines stations essence parisiennes, le prix du sans-plomb 95 dépasse les 2 €.
Dans certaines stations essence parisiennes, le prix du sans-plomb 95 dépasse les 2 €. — G. VARELA /20 MINUTES

«Protéger les ménages les plus fragiles», tel est l’objectif confirmé au JDD par un proche du ministre de l’Economie Pierre Mosovici. Des décisions sur un nouveau dispositif «anti-hausse» des prix des carburants doivent être prises en fin de semaine, indique l’hebdomadaire.

Casse-tête

Il faut dire que le temps presse. Les baisses des taxes prendront fin comme prévu dans 10 jours, après trois mois de mise en œuvre, tandis que les pétroliers ont eux cessé leurs efforts depuis le mois d’octobre.

Trouver un nouveau dispositif d’aide semble toutefois tourner au casse-tête pour le gouvernement. Trop compliquée, la variation régionale de la taxe sur les produits pétroliers a d’ores et déjà été abandonnée. La fixation d’un «tarif social» de l’essence, sur le modèle de celui du gaz ou de l’électricité, se heurte quant à elle au problème d’écarts de prix d’une station-services à l’autre.

Aide aux bénéficiaires de la CMU

Dans ce contexte, selon le quotidien, la piste la plus sérieuse serait une aide financière calée sur allocation sociale existante. L’avantage est double: contourner le problème variation des tarifs et accéder aux listes des ménages les plus fragiles

Selon le JDD, les 2 millions d’allocataires de la couverture maladie universelle pourraient ainsi en bénéficier, qu’ils soient propriétaires ou non d’une voiture «Ce n’est pas choquant», explique-t-on à l'Elyséee. «On peut avoir une approche essence stricto sensu ou mobilité», rapporte le JDD.