Hausse de la fiscalité: Où placer son argent pour payer moins d'impôts?

EPARGNE Malgré le durcissement des règles, il y a toujours des niches sur lesquelles miser...

Mathieu Bruckmüller

— 

 Les Français sont les champions de l'épargne
 Les Français sont les champions de l'épargne — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

C’est peu dire que la nouvelle majorité a alourdi la fiscalité depuis son arrivée. Entre le collectif budgétaire de juillet et la loi de Finances 2013, les ménages vont devoir payer près de 15 milliards d’euros d’impôts en plus. 

Selon l’exécutif, les plus aisés devront régler la plus grosse part de la facture. Outre la création d’une tranche à 45% sur les revenus d’activité supérieurs à 150.000 euros, les personnes gagnant plus d’un million d’euros seront gratifiées pour deux ans d’une taxe à 75%. Le barème de l’ISF lui est aussi relevé.

L’ensemble des contribuables ne sera pas épargné

Mais l’ensemble des contribuables ne sera pas épargné. Le gel du barème de l’impôt sur le revenu va entraîner une hausse de 2% sauf pour ceux déclarant moins de 12.000 euros par part. Autre nouveauté: la fin du prélèvement forfaitaire libératoire de 19%, 21% ou 24% sur les dividendes et les intérêts. Désormais, ils seront soumis au barème de l'impôt sur le revenu, c'est-à-dire calculé par tranches (jusqu'à 45%pour la dernière). Cet alignement de la fiscalité des revenus du capital sur celle des revenus du travail pénalisera donc les gros montants.

Ce serrage de vis, couplé à la dégradation de la conjoncture, devrait inciter un peu plus les Français à renforcer leur épargne de précaution. L’an dernier, sur 100 euros, 16,8 euros étaient économisés. Un record. Immobilier compris, le montant global des économies des Français s’approche des dix mille milliards d’euros. Selon le Cercle des Epargnants, le patrimoine financier moyen des particuliers avoisine les 100.000 euros. Mais dans ce contexte où placer ses liquidités?

Trois gros dispositifs ont jusqu’ici été épargnés par les parlementaires. Tout d’abord l’épargne défiscalisée. Le livret A, le placement préféré des Français, a vu son plafond relevé à 19.125 euros et à 12.000 euros pour Livret de développement durable (LLD). Un couple avec deux enfants peut ainsi déposer jusqu’à 100.500 euros. Avantage: c’est sans risque et disponible à tout moment. Inconvénient: un faible rendement de 2,25%.

>> Livret A, le plafond relevé de 25%: Qui perd? Qui gagne?

C’est le moment pour l’assurance-vie

Pour ceux qui ont un peu de temps devant eux, c’est le moment ou jamais d’opter pour l’assurance-vie, avant que le législateur ne change d’avis. Déjà 1.373,5 milliards d’euros y sont déposés. Les fonds euros ont un rendement annuel plus faible (environ 3%) que les supports en unités de compte, mais ils sont moins risqués. Et après huit ans, les plus-values bénéficient toujours d’une imposition réduite à 7,5%.

>> L'assurance-vie compatible avec l'Islam est arrivée

Autre outil à privilégier, le Plan d’épargne en actions (PEA) qui prévoit une exonération des plus-values au bout de cinq ans. «Les marchés sont bas, c’est le moment de revenir en Bourse», souligne Philippe Crevel, secrétaire général du cercle des épargnants.

>> Choisissez votre épargne selon votre situation

Des dosages différents selon l’âge

Dans ce contexte en prenant comme base 100.000 euros d’épargne disponible pour un particulier, il suggère différentes stratégies selon l’âge. A 30 ans, il conseille de mettre 10% sur le Livret A, 20% sur un Plan d’épargne logement, 30% sur un PEA et 40% en assurance-vie avec un panchage 60% en fonds euros et 40% en unités de compte.

Dosage un peu différent à partir de 45 ans avec 20% en épargne de proximité (Livret A + LDD), 20% en PEA, 40% en assurance-vie (60% en fonds euros et 40% en unités de compte) et 20% dans un  plan d'épargne retraite populaire (Perp) pour améliorer le quotidien de ses vieux jours. Les sommes qui y sont versées sont en déductibles, chaque année, du revenu imposable, dans la limite de 10% des revenus d'activité professionnelle (après déductions des frais professionnels).

A 60 ans, Philippe Crevel propose 20% en livret A, 20% en PEA et le solde en assurance-vie (40.000 euros en fonds euros et 20.000 euros en unités de compte).

En revanche, il met en garde les investisseurs non-initiés tentés de miser sur les placements défiscalisés comme le Malraux, le Girardin ou encore le Sofica, même si ces niches garderont pour 2013 un plafond de 18.000 euros augmenté de 4% du revenu imposable, contre 10.000 euros pour les autres niches fiscales : «Certains ont fait de très bonnes affaires, mais il faut bien s’y connaître avant de s’engouffrer».

La location saisonnière: le bon plan

Idem pour l’investissement locatif comme le nouveau Duflot qui remplacera au premier trimestre le dispositif Scellier. En revanche, pour ceux qui ont les poches profondes, la location saisonnière, dans des zones très recherchées (Côte d’Azur, Corse, Bretagne…), peut être un beau coup à jouer. Certes vu le prix de la pierre aujourd’hui, le ticket d’entrée est élevé. En revanche, les loyers peuvent bénéficier d’un abattement jusqu’à 71% contre 30% pour la location résidentielle classique.