Free: Montebourg s'attaque encore à l'opérateur

Avec Sipa
— 

Arnaud Montebourg a une nouvelle fois tancé l'opérateur téléphonique Free vendredi, expliquant qu'il y avait des «limites à la concurrence car celle-ci peut être destructrice».

«Nous sommes pour la concurrence quand elle enlève la rente à des opérateurs qui ont gagné beaucoup d'argent sur le dos des consommateurs pendant des années. Mais si c'est pour mettre en difficulté y compris nos opérateurs de télécoms, créer des conditions de plans sociaux, précariser les salariés, délocaliser les centres d'appel et en plus avoir des difficultés sur le terrain...», a déclaré sur Europe 1 le ministre du Redressement productif.

«Les conséquences du low cost, c'est délocalisation et destruction»

Interrogé sur sa position par rapport au low cost, il a affirmé qu'«il ne s'agit pas d'être contre, il s'agit de dire aux consommateurs: les conséquences du low cost, c'est délocalisation et destruction. Donc il faut réconcilier le producteur et le consommateur».

Montebourg avait montré du doigt l'opérateur fondé par Xavier Niel cette semaine dans une interview parue dans l'hebdomadaire L'Usine Nouvelle, en insistant sur les effets pervers du low cost en France. Free n'avait pas souhaité commenter ses propos.


«Nous sommes pour la concurrence quand elle enlève la rente à des opérateurs qui ont gagné beaucoup d'argent sur le dos des consommateurs pendant des années. Mais si c'est pour mettre en difficulté y compris nos opérateurs de télécoms, créer des conditions de plans sociaux, précariser les salariés, délocaliser les centres d'appel et en plus avoir des difficultés sur le terrain...», a déclaré sur Europe 1 le ministre du Redressement productif.

«Les conséquences du low cost, c'est délocalisation et destruction»

Interrogé sur sa position par rapport au low cost, il a affirmé qu'«il ne s'agit pas d'être contre, il s'agit de dire aux consommateurs: les conséquences du low cost, c'est délocalisation et destruction. Donc il faut réconcilier le producteur et le consommateur».

Montebourg avait montré du doigt l'opérateur fondé par Xavier Niel cette semaine dans une interview parue dans l'hebdomadaire L'Usine Nouvelle, en insistant sur les effets pervers du low cost en France. Free n'avait pas souhaité commenter ses propos.


«Nous sommes pour la concurrence quand elle enlève la rente à des opérateurs qui ont gagné beaucoup d'argent sur le dos des consommateurs pendant des années. Mais si c'est pour mettre en difficulté y compris nos opérateurs de télécoms, créer des conditions de plans sociaux, précariser les salariés, délocaliser les centres d'appel et en plus avoir des difficultés sur le terrain...», a déclaré sur Europe 1 le ministre du Redressement productif.

«Les conséquences du low cost, c'est délocalisation et destruction»

Interrogé sur sa position par rapport au low cost, il a affirmé qu'«il ne s'agit pas d'être contre, il s'agit de dire aux consommateurs: les conséquences du low cost, c'est délocalisation et destruction. Donc il faut réconcilier le producteur et le consommateur».

Montebourg avait montré du doigt l'opérateur fondé par Xavier Niel cette semaine dans une interview parue dans l'hebdomadaire L'Usine Nouvelle, en insistant sur les effets pervers du low cost en France. Free n'avait pas souhaité commenter ses propos.


«Nous sommes pour la concurrence quand elle enlève la rente à des opérateurs qui ont gagné beaucoup d'argent sur le dos des consommateurs pendant des années. Mais si c'est pour mettre en difficulté y compris nos opérateurs de télécoms, créer des conditions de plans sociaux, précariser les salariés, délocaliser les centres d'appel et en plus avoir des difficultés sur le terrain...», a déclaré sur Europe 1 le ministre du Redressement productif.

«Les conséquences du low cost, c'est délocalisation et destruction»

Interrogé sur sa position par rapport au low cost, il a affirmé qu'«il ne s'agit pas d'être contre, il s'agit de dire aux consommateurs: les conséquences du low cost, c'est délocalisation et destruction. Donc il faut réconcilier le producteur et le consommateur».

Montebourg avait montré du doigt l'opérateur fondé par Xavier Niel cette semaine dans une interview parue dans l'hebdomadaire L'Usine Nouvelle, en insistant sur les effets pervers du low cost en France. Free n'avait pas souhaité commenter ses propos.