Les grands patrons appellent François Hollande à baisser le coût du travail

ECONOMIE Une lettre adressée au président de la République expose leurs idées pour «relancer la croissance et l’emploi»...

A.L

— 

Les réprésentants de l'Afep reçus à l'Elysée le 23 juillet 2012.
Les réprésentants de l'Afep reçus à l'Elysée le 23 juillet 2012. — THOMAS SAMSON / AFP

«Nous, dirigeants des plus grandes entreprises privées françaises, proposons au gouvernement un pacte pour relancer la croissance et l'emploi». Ainsi commence l’appel à François Hollande lancé par les patrons de l'Association française des entreprises privées (Afep), qui regroupe la quasi-totalité du CAC 40 et des grandes entreprises françaises. La lettre est publiée ce dimanche par le Journal du Dimanche et sera envoyée au président de la République lundi.

Première des propositions: «baisser le coût du travail et rendre l’Etat plus autonome» car, avec une dépense publique record de 56% du PIB «nous sommes arrivés au bout de ce qui est supportable». L’Afep juge ainsi que «l'État doit réaliser 60 milliards d'euros d'économies au cours des cinq prochaines années».

Lutter contre le changement climatique «sans abîmer notre compétitivité»

Pour les entreprises, «il faut baisser le coût du travail d'au moins 30 milliards d'euros sur deux ans» poursuivent les PDG, et baisser l’impôt des sociétés «pour le ramener au niveau de nos voisins européens».

L’Afep veut également promouvoir «une plate-forme pour l’emploi des jeunes», pour mieux les intégrer, et «établir un meilleur dialogue social en amont».

La lutte contre le changement climatique doit se faire «sans abîmer notre compétitivité» écrivent-ils encore, estimant notamment qu’«il faut se donner les moyens d'explorer et d'exploiter nos ressources nationales comme les gaz de schiste».