Le Club Med des fêtards a la gueule de bois

© 20 minutes

— 

La fête est finie. Le Club Med a décidé de fermer son village tunisien réservé aux jeunes, comme l’a révélé hier Le Figaro. Un échec cuisant. Oyyo aurait dû être le premier d’une dizaine de royaumes de la fête, destinés à rajeunir la clientèle du groupe à coups de décibels. Pour attirer les fans de techno et de hip-hop, les GO (gentils organisateurs) y avaient été remplacés par des MC (maîtres de cérémonie). Avec un seul mot d’ordre : « Si tu dors, t’es mort. » Plus que ce slogan, c’est le prix – à partir de 350 E la semaine – qui a incité Augustin, 25 ans, et ses amis à tenter l’expérience peu après l’ouverture, en 2001. Ses souvenirs de vacances : « De la techno à fond en permanence, un spectacle d’orgies sur la plage, des bouteilles vides devant le bungalow le matin. » Et un menu que le Club Med jugeait sans doute adapté à la clientèle : pizzas et hamburgers à tous les repas. « On bouffait moins bien qu’au McDo, c’était une vraie arnaque. » Même les fêtards endurcis n’ont pas été convaincus. Peinant à remplir les 1 700 lits du village, le Club a donc préféré renoncer à séduire les clubbers. F. K.