Deux plaintes de Kerviel contre la Société générale classées sans suite

© 2012 AFP

— 

Le parquet de Paris a classé sans suite vendredi les deux plaintes de l'ex-trader Jerôme Kerviel contre la Société Générale, l'une pour "faux et usage de faux", l'autre pour "escroquerie au jugement", a-t-on appris de source judiciaire.
Le parquet de Paris a classé sans suite vendredi les deux plaintes de l'ex-trader Jerôme Kerviel contre la Société Générale, l'une pour "faux et usage de faux", l'autre pour "escroquerie au jugement", a-t-on appris de source judiciaire. — Mehdi Fedouach afp.com

Le parquet de Paris a classé sans suite vendredi les deux plaintes de l'ex-trader Jerôme Kerviel contre la Société Générale, l'une pour "faux et usage de faux", l'autre pour "escroquerie au jugement", a-t-on appris de source judiciaire. L'avocat de l'ancien trader, David Koubbi, avait accusé la banque d'avoir caché à la justice le fait d'avoir récupéré, grâce à un mécanisme fiscal, 1,7 des 4,9 milliards d'euros qu'elle dit avoir perdus par la faute de Jérôme Kerviel.

Concernant la plainte pour "faux et usage de faux", il avait évoqué des "enregistrements sauvages réalisés à l'insu de M. Kerviel", en janvier 2008 dans les locaux de la Société Générale, et avancé que les bandes avaient été "coupées", "trafiquées", et qu'il manquait "six heures de conversation sur les douze". "C'est sur la foi notamment de ces bandes que M. Kerviel a été poursuivi et qu'il a pu être considéré qu'il avait fait des aveux", avait insisté Me Koubbi.

La banque avait elle aussi déposé plainte pour dénonciation calomnieuse en réaction à ces deux plaintes. Une enquête préliminaire est toujours en cours. L'ancien trader de la Société Générale a été condamné mercredi à cinq ans de prison, dont trois ferme, ainsi qu'à la somme astronomique de 4,9 milliards d'euros de dommages et intérêts, par la cour d'appel de Paris qui l'a jugé responsable d'une perte record pour la banque en 2008.