Feu vert de l'Autorité de la concurrence allemande à la coopération GM/PSA

AUTOMOBILE Le président de l'office fédéral anti-cartel estime qu'aucun des deux constructeurs de bénéficiera d'une poisition dominante sur le marché...

© 2012 AFP

— 

L'Autorité de la concurrence allemande a donné vendredi son feu vert à l'alliance entre le constructeur automobile français PSA Peugeot Citroën et son concurrent américain General Motors, maison mère de l'allemand Opel.
L'Autorité de la concurrence allemande a donné vendredi son feu vert à l'alliance entre le constructeur automobile français PSA Peugeot Citroën et son concurrent américain General Motors, maison mère de l'allemand Opel. — Lionel Bonaventure afp.com

L'Autorité de la concurrence allemande a donné vendredi son feu vert à l'alliance entre le constructeur automobile français PSA Peugeot Citroën et son concurrent américain General Motors, maison mère de l'allemand Opel.

Pas de position dominante

«L'alliance stratégique s'accompagne d'une certaine concentration du marché. Mais celle-ci n'a pas pour résultat une position dominante de General Motors et Peugeot sur le marché», estime Andreas Mundt, le président de l'office fédéral anti-cartel, cité dans un communiqué.

«Dans la plupart des gammes, d'autres constructeurs vendent plus de voitures aussi bien en Allemagne qu'en Europe», souligne-t-il.

«Par rapport aux sous-traitants, la concurrence possède également un positionnement sur le marché plus fort qu'eux», poursuit M. Mundt.

Quatre axes de coopération

L'Autorité de la concurrence avait ouvert un dossier fin mai sur l'alliance des deux constructeurs et averti que son examen prendrait sans doute du temps car «beaucoup de produits et de sous-traitants» étaient concernés selon elle.

Les deux groupes ont fait part fin février de leur rapprochement destiné à mutualiser leurs achats de biens et de services et à mettre en commun le développement d'éléments non visibles des voitures, tels que le châssis.

GM est aussi entré au capital de PSA à hauteur de 7% dans le cadre de cette alliance.

Les deux constructeurs ont annoncé mercredi avoir retenu quatre axes de coopération devant aboutir au lancement de nouveaux véhicules d'ici la fin 2016.

Ils vont également créer une structure commune pour gérer leurs achats, avec pour objectif de dégager deux milliards de dollars de synergies par an à se partager d'ici cinq ans.