Pourquoi le moral des ménages continue de se dégrader

ECONOMIE Depuis 2009, la confiance n’est toujours pas parvenue à se rétablir durablement...

M.B. avec AFP

— 

Le moral des ménages a continué de se dégrader en octobre, reculant légèrement par rapport à septembre, en raison d'un pessimisme marqué sur leur situation financière personnelle future, selon l'Institut national de la statistique et des études économiques.
Le moral des ménages a continué de se dégrader en octobre, reculant légèrement par rapport à septembre, en raison d'un pessimisme marqué sur leur situation financière personnelle future, selon l'Institut national de la statistique et des études économiques. — Franck Fife afp.com

La baisse se poursuit. Le moral des ménages a continué de se dégrader en octobre, reculant légèrement par rapport à septembre, selon l'Institut national de la statistique et des études économiques. L'indicateur de confiance des ménages, qui permet d'anticiper l'évolution de la consommation, perd un point par rapport à septembre, à 84 points. Depuis mai, il a perdu sept points, précise l'Insee dans un communiqué publié vendredi.

«Depuis 2009, la confiance n’est toujours pas parvenue à se rétablir durablement, alternant les rebonds éphémères et les rechutes temporaires. A l’heure actuelle, qu’on observe une baisse progressive et non brutale n’est pas forcément moins problématique: les craintes sont sourdes mais réelles et les conséquences sur la croissance négative», analyse Hélène Baudchon, économiste chez BNP Paribas.

Ce mois-ci, l'opinion des ménages sur leur situation financière personnelle future recule de quatre points mais leur avis sur l'opportunité de faire des achats importants est stable, indique l'Insee. Ces deux soldes d'opinion restent inférieurs à leur moyenne de longue période. Quant au niveau de vie futur en France en général, les ménages sont plus pessimistes qu'en septembre et le solde correspondant perd encore trois points, soit au total une baisse de 28 points depuis juin. «Il rejoint ainsi son minimum historique de novembre 2011», constate l'institut statistique.

Les Français toujours accrocs à l’épargne

«Les ménages sont plus nombreux à considérer qu'il est opportun d'épargner: le solde correspondant gagne trois points en octobre, poursuivant la remontée observée à l'été (+7 points entre juillet et septembre)», note l'institut. Il reste supérieur à sa moyenne de longue période. Selon l’Insee, l’épargne des Français a atteint son record en 2011, depuis 1983, puisque sur 100 euros gagnés 16,8 étaient économisés. En revanche, les ménages sont «un peu moins nombreux» en octobre à anticiper une augmentation du chômage. Après une hausse de 26 points entre mai et septembre, le solde qui résume leurs anticipations recule de deux points, restant cependant largement au-dessus de sa moyenne de long terme. «Les ménages sont plus nombreux à estimer que l'inflation a reculé» mais leur opinion sur l'inflation future est quasi stable par rapport à septembre.

«La consommation des ménages a fait preuve jusqu’ici d’une résistance à la baisse certaine et les dépenses en biens du mois de septembre pourraient encore surprendre favorablement (chiffre à paraître mercredi 31 octobre). Mais la défiance est persistante. Elle est alimentée par les hausses d’impôts annoncées et la montée rapide du chômage (hausse de 1,6% en septembre et de 10,1% sur un an des demandeurs d’emplois en catégorie A d’après les derniers chiffres de Pôle emploi). La réduction du pouvoir d’achat qui en résulte ainsi que la constitution d’une épargne de précaution risquent de plus en plus d’avoir raison de ce bastion de résistance», conclut Hélène Baudchon.