Dassault Aviation: L'activité en forte hausse sur neuf mois

AERONAUTIQUE Le constructeur Dassault Aviation a présenté jeudi un chiffre d'affaires en hausse de 22% pour les neuf premiers mois de l'anné...

avec AFP

— 

Le constructeur aéronautique Dassault Aviation a présenté jeudi un chiffre d'affaires en hausse de 22% pour les neuf premiers mois de l'année, grâce à ses ventes d'avion d'affaires Falcon à l'exportation.
Le constructeur aéronautique Dassault Aviation a présenté jeudi un chiffre d'affaires en hausse de 22% pour les neuf premiers mois de l'année, grâce à ses ventes d'avion d'affaires Falcon à l'exportation. — Remy Gabalda afp.com

Le constructeur aéronautique Dassault Aviation a présenté jeudi un chiffre d'affaires en hausse de 22% pour les neuf premiers mois de l'année, grâce à ses ventes d'avion d'affaires Falcon à l'exportation.

Le chiffre d'affaires consolidé est de 2,52 milliards d'euros au 30 septembre contre 2,06 milliards à la même période de l'année dernière, et a été réalisé à 78% à l'export.

En revanche, sur le seul troisième trimestre, le chiffre d'affaires est en recul de 21% à 592 millions d'euros.

Toutefois sur l'exercice, le chiffre d'affaires attendu en 2012 devrait être supérieur à celui de 2011, qui avait atteint 3,3 milliards d'euros, prévoit le groupe dans un communiqué.

Le solde des commandes fermes de Falcon est de 37 en neuf mois, contre 30 à la fin septembre 2011, ce qui représente en valeur 1,58 milliard d'euros contre 1,39 milliard.

Sur les neuf premiers mois de l'année, Dassault a livré 43 Falcon, contre 35 sur la même période de l'année dernière. Il a annoncé en juillet prévoir d'en livrer 65 d'ici la fin de l'année.

Dans le domaine militaire, qui représente un quart de l'activité de Dassault Aviation, les commandes sont en diminution de 19% par rapport à la même période en 2011, soit 544 millions contre 674 millions en 2011, quand le groupe avait enregistré une commande de modernisation des Mirage-2000 de l'armée de l'air indienne.

L'avion de combat Rafale a été retenu au début de l'année par l'Inde qui veut acheter 126 appareils. Le contrat, évalué à 12 milliards de dollars, doit encore être finalisé.