Wall Street surveille les résultats d'entreprises

© 2012 AFP

— 

La Bourse de New York a terminé en hausse jeudi, à l'issue d'une séance indécise, l'optimisme l'emportant chez les courtiers en dépit d'un chiffre immobilier en demi-teinte et de résultats d'entreprises préoccupants: le Dow Jones a gagné 0,20% et le Nasdaq 0,15%.
La Bourse de New York a terminé en hausse jeudi, à l'issue d'une séance indécise, l'optimisme l'emportant chez les courtiers en dépit d'un chiffre immobilier en demi-teinte et de résultats d'entreprises préoccupants: le Dow Jones a gagné 0,20% et le Nasdaq 0,15%. — Spencer Platt afp.com

Les courtiers de Wall Street, échaudés par des prévisions moroses pour la croissance mondiale et par la diffusion de chiffres mitigés en ce début de saison des résultats, guetteront la performance des banques américaines la semaine prochaine pour évaluer la vigueur de la reprise.

Au cours des cinq dernières séances, le Dow Jones Industrial Average, indice des 30 valeurs vedettes de Wall Street, a reculé de 2,07%, terminant vendredi à 13.328,85 points. Le Nasdaq, à dominante technologique, a pour sa part lâché 2,94% à 3.044,11 points.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 a lui perdu 2,21%, pour finir à 1.428,59 points. «Les investisseurs s'interrogent sur le fait que, peut-être, les niveaux élevés actuels du marché ne sont pas justifiés par les données économiques», a remarqué Jack Ablin, de Harris Private Bank.

Abaissement par le Fonds monétaire international de ses estimations sur la croissance dans le monde, indicateurs plus faibles que prévus en Chine et début d'une saison de résultats qui pourraient être la plus faible depuis trois ans: autant de signes négatifs qui pèsent sur le marché, selon le stratège.

Aussi les courtiers vont la semaine prochaine «continuer à surveiller de très près les baromètres de la santé économique», estime-t-il.

Parmi ceux-ci, les résultats trimestriels des banques américaines. Après JPMorgan et Wells Fargo qui ont ouvert le bal vendredi, Citigroup publiera ses chiffres lundi, Goldman Sachs mardi, Bank of America mercredi et Morgan Stanley jeudi.

«Les résultats de ce matin étaient plutôt bons» et les investisseurs vont maintenant tenter de deviner «comment les banques dans leur ensemble s'en sont sorties, quelle est la vigueur de la reprise, quelles sont leurs perspectives», a indiqué Jody Giraldo d'Equity Station.

Les groupes technologiques pourraient en revanche se révéler décevants, selon l'expert. Les investisseurs scruteront également les indicateurs macroéconomiques, comme les ventes de détail lundi, l'indice des prix à la consommation et celui sur la production industrielle mardi ou les mises en chantier mercredi.

Certains chiffres publiés cette semaine ont déjà pu rasséréner les observateurs, selon Lindsey Piegza de FTN Financial.

Ainsi, le ralentissement de la hausse des prix à la production en septembre aux Etats-Unis annoncé vendredi "indique qu'il n'y a pas de pression inflationniste et laisse encore plus de marge à la Fed (la banque centrale américaine) pour continuer à mener une politique de soutien à l'économie".

Le fait que le moral des ménages soit apparu à son plus haut niveau depuis cinq ans est aussi un signe de bon augure. "Cela montre qu'en dépit d'une croissance des revenus et de l'emploi fragile, les consommateurs ont l'impression qu'ils sont mieux lotis, ce qui est très important avant la période des fêtes de fin d'année", a remarqué Mme Piegza.

Les courtiers de Wall Street garderont enfin un oeil sur l'évolution de la situation en Europe.