Taxation des plus-values: Le Medef réclame le retrait pur et simple de la réforme

ENTREPRISES Après la fronde, la semaine passée, de nombreux entrepreneurs finalement entendue par Bercy...

Avec Reuters
— 
Pierre Moscovici et Fleur Pellerin ont reçu les répresentants du mouvement des entrepreneurs «pigeons» jeudi 4 octobre 2012 à Bercy.
Pierre Moscovici et Fleur Pellerin ont reçu les répresentants du mouvement des entrepreneurs «pigeons» jeudi 4 octobre 2012 à Bercy. — Francois Mori/AP/SIPA

La principale organisation du patronat français, le Medef, réclame  l'abrogation pure et simple de la réforme de la taxation des plus-values  de cession d'entreprise, dont le gouvernement a déjà annoncé la  révision.

«Les chefs d'entreprise demandent le retrait pur et  simple du dispositif envisagé et proposent qu'un effort d'économie d'un  milliard d'euros soit réalisé en compensation», a déclaré lundi soir le  Mouvement des entreprises de France dans un communiqué.

La réforme,  inscrite dans le cadre du projet de budget 2013, pouvait se solder,  selon des entrepreneurs mobilisés sous la bannière provocatrice des «pigeons», par un prélèvement de plus de 60%, chiffre au demeurant  contesté par le gouvernement.

Celui-ci n'en a pas moins reculé et a  annoncé jeudi que l'intégralité des plus-values réinvesties dans une  entreprise serait finalement exonérée et que les créateurs de société  vendant des parts ne seraient pas plus imposés qu'aujourd'hui.