Emplois précaires: «En CDD, je fais mon boulot point barre»

TÉMOIGNAGES es internautes de «20 Minutes» nous racontent leur quotidien d’employé en contrat précaire...

Témoignages édités par Christine Laemmel

— 

KROD/SIPA

Un cadre flexible pour les entreprises. Un emploi sécurisé pour les salariés. C’est l’objectif du gouvernement et l’équation plutôt insolvable du marché du travail. Le CDD est-il alors un passage obligé? Un tremplin? Un cercle vicieux? Tiraillés entre une liberté parfois illusoire, la précarité et l’envie de faire leurs preuves, les internautes de 20 Minutes, en CDD ou en intérim, nous répondent.

>> Continuez à nous envoyer vos témoignages en nous écrivant à reporter-mobile@20minutes.fr ou en déposant votre réaction dans les commentaires.

Blandine, par mail: «Mon employeur justifie mes CDD par le remplacement d’une personne en accident de travail»

«Je suis chef cuisinier. J’enchaine les CDD depuis 10 mois. Mes CDD sont reconduits de mois en mois et mon employeur les justifie par le remplacement d’une personne en accident de travail (il est toujours marqué “en remplacement de Monsieur X, actuellement en accident de travail) Ils peuvent me trainer comme cela pendant des mois et des mois encore et pendant ce temps je ne peux pas faire de projets à long terme. Et pourtant, lorsque je me suis présenté, il était convenu que je sois embauché rapidement.»

Charline, par mail: «Je me dis que c'est que passager»

«J'ai 21 ans, un bac +2. J'ai fait des missions d'intérim pendant un an dans l’entreprise où j'avais fait mon stage. On m'a proposé un CDD, j'ai enchaîné sur d'autres dans différents services. Puis lorsque qu'une collègue est partie en congé parental, elle m'a contactée pour prendre sa place pour deux ans en CDD. Ça incluait de déménager à l'autre bout de la France pour un poste à responsabilité. Un parcours du combattant pour trouver un appart. Je me dis que c'est que passager, ça fait déjà deux ans et demi que je suis dans la société, stage et missions d’intérim compris et je suis reconnue pour mon travail. Reste à voir s’ils me proposeront un CDI avec un salaire correct. En attendant, pas de déménagement possible ni de prêt.»

Scribidouille: «En CDD je fais mon boulot point barre»

«En CDI pendant 11 ans, je n'avais jamais connu de CDD. Après deux licenciements économiques et une période d'essai de six mois catastrophique (…) j'ai décidé de prendre des CDD de longue durée dun à trois ans. Plusieurs avantages. Les périodes d'essai sont courtes et on sait rapidement si c'est oui ou non. On a une vue à une date fixe et ça évite de se prendre la tête lorsque l'ambiance de la boîte est mauvaise. Si je trouve un contrat plus sympa ou plus proche de chez moi, je n'ai qu'un mois de préavis au lieu de trois en tant que cadre donc plus facilement négociable. Les objectifs et les attentes des employeurs sont moins élevés que pour un CDI donc moins de stress au travail (…) En CDD je fais mon boulot, point barre. C’est le revers de la médaille de la précarisation des gens.»

Cousteau86: «Trouver un logement en CDD? La bonne blague!»

«Un CDD pour trouver un logement? La bonne blague, les seuls endroits où l’on veut bien de nous c'est le 93 ou la grande couronne, loin de Paris. Une fois que le CDD se termine, on cherche à nouveau sur Paris et là, l'argument choc à l'entretien "Ah vous habitez à 50km? Mais ça va pas être pratique du tout ça, on veut quelqu'un qui n'aura pas de problème avec la RATP"... Donc un Parisien ou presque. Quand on est jeune et en CDD, on a le temps d'en "profiter" avant de se stabiliser! Être en CDD, c'est la liberté contrainte, plutôt une galère et rarement une rampe de lancement.»

Jenifer, par mail: «L'intérim me permet de me faire un "nom"»

«Cela fait 10 ans que je suis en intérim dans le tertiaire. Ça me permet d'être polyvalente sur plusieurs missions, assistante qualité, gestionnaire de formation, assistante de chantier ou chargée de relation clientèle. Et même si je cherche un emploi stable, l'intérim me permet de vivre et de me faire connaître dans les entreprises, de me faire un "nom". C’est une garantie pour les entreprises qui veulent recruter. J'ai vraiment peur que le gouvernement pénalise financièrement les entreprises qui ont recours à l'intérim car au final celles-ci pourraient ne plus faire appel aux intérimaires, ni à l'embauche de CDI en passant.»

Minipouce33: «Les employeurs se disent que vous êtes instable»

«Mon CV est tellement rempli que je ne peux pas mettre tous les emplois que j'ai effectués sur une seule page, je dois donc en supprimer en fonction des postes pour lesquels je postule (…) Lorsque vous multipliez les emplois, les futurs employeurs, en voyant la liste d'emplois effectués, ont deux réactions types. Soit ils se disent que vous n’êtes pas quelqu'un de valable dans cet emploi et c'est la raison pour laquelle personne ne vous garde. Soit que vous êtes quelqu'un d'instable qui n'est pas capable de garder un emploi. Résultat ils passent à la personne suivante.»

Olivier, par mail: «En CDD, c'est "budget de guerre" obligatoire»

«Depuis la fermeture de la société qui m'employait, j'ai enchaîné deux CDD de longue durée dans la fonction publique. A chaque fois "on voudrait bien me garder" mais il n'y a pas de budget pour créer un poste. Je le vis pourtant très bien. Changer de société, tous les ans en moyenne, découvrir de nouveaux collègues est très stimulant professionnellement. Cela ne me poserait aucun problème si je ne craignais pas que les périodes de chômage entre deux contrats s'éternisent. Pour moi le problème n'est pas le travail précaire mais le manque de travail et d'opportunités professionnelles en ce moment. Financièrement, je gagne plutôt bien ma vie et les indemnités de précarités versées à la fin des CDD me permettent de mettre de l'argent de coté. Bien sûr, pas question de s'endetter au risque de se trouver très dépourvu à la prochaine période de chômage. C'est "budget de guerre" obligatoire.»