Espagne: Les marchés réclament le sauvetage

CRISE Si l'Espagne a réussi jeudi à emprunter 3,992 milliards d'euros, les marchés demandent malgré tout le sauvetage financier du pays...

avec AFP

— 

L'Espagne a réussi jeudi à emprunter 3,992 milliards d'euros à des coûts majoritairement en baisse, mais ce répit accordé par les marchés ne doit pas faire oublier leur impatience à ce que la quatrième économie de la zone euro demande son sauvetage financier.
L'Espagne a réussi jeudi à emprunter 3,992 milliards d'euros à des coûts majoritairement en baisse, mais ce répit accordé par les marchés ne doit pas faire oublier leur impatience à ce que la quatrième économie de la zone euro demande son sauvetage financier. — Pierre-Philippe Marcou afp.com

L'Espagne a réussi jeudi à emprunter 3,992 milliards d'euros à des coûts majoritairement en baisse, mais ce répit accordé par les marchés ne doit pas faire oublier leur impatience à ce que la quatrième économie de la zone euro demande son sauvetage financier.

Alors que se tenait la réunion mensuelle de la Banque centrale européenne (BCE), institution-clé pour régler la question espagnole, le Trésor a vu les taux chuter pour les obligations à deux ans (3,282% contre 5,204%) et cinq ans (4,766% contre 6,459%), par rapport à la dernière émission similaire, le 19 juillet, dans un climat de tension extrême des marchés.

Ces derniers redoutent cependant que le pays ne parvienne bientôt plus à se financer seul et font pression pour qu'il sollicite son sauvetage auprès de l'Europe.

"Le problème le plus urgent auquel est confrontée l'économie espagnole est de retrouver la confiance des marchés", a d'ailleurs souligné le gouverneur de la Banque d'Espagne, Luis Maria Linde.

Il a pourtant dressé un sombre tableau, avertissant du risque d'un nouveau dérapage budgétaire en 2012 puis d'une récession plus forte que prévue en 2013, de quoi rajouter aux inquiétudes des investisseurs.

Ceux-ci s'étaient détendus ces dernières semaines après l'annonce de mesures de soutien par la BCE, mais devant les réticences de l'Espagne à solliciter cette aide, ils montrent des signes d'impatience.

Ainsi, sur l'autre échéance proposée jeudi, à trois ans, le taux d'intérêt a légèrement augmenté, à 3,956%, par rapport à l'émission du 20 septembre (3,845%), postérieure aux annonces de la BCE.

"L'émission, en termes absolus, a été bonne", estime Daniel Pingarron, de la maison de courtage IG Markets.

Mais l'analyste relève le faible niveau emprunté (710 millions d'euros) sur l'échéance la plus longue, à cinq ans, qui ne sera pas incluse dans le programme de rachat de la BCE: le marché "envoie le message que l'Espagne a besoin de demander le sauvetage et différencie clairement les obligations qui feraient partie du programme et les autres".

De la BCE elle-même, qui a laissé jeudi son taux directeur inchangé à 0,75%, les analystes n'espéraient pas de nouveaux détails sur son programme de soutien.

Car, même si Madrid répète que la demande de sauvetage n'est pas imminente, la balle semble dans son camp.

"Les investisseurs restent dans l'attente de connaître la décision qu'adoptera finalement le gouvernement espagnol sur une possible demande d'aide", souligne la maison de courtage Link Securities.

"En ce sens, le mois d'octobre est une +épreuve du feu+ pour le gouvernement, car notre pays affronte des échéances de dette souveraine de 30 milliards d'euros", poursuit-elle, et peut-être qu'"avant de prendre une décision, il attend de vérifier si les marchés sont disposés ou non à financer ces échéances".

Un jeu toutefois dangereux: "si l'Espagne continue de tarder à demander le sauvetage, il est possible que les marchés deviennent nerveux", prévient Daniel Pingarron.

"Les marchés aiment beaucoup la sécurité qu'offre le sauvetage, ils veulent que l'Espagne le demande, c'est clair, donc ils vont la récompenser si elle le sollicite et la punir si elle attend trop".

Le problème est qu'aux réticences espagnoles s'ajoutent celles de certains de ses partenaires européens.

Le Premier ministre finlandais Jyrki Katainen a ainsi déclaré mercredi que selon lui, "l'Espagne ne demandera pas un sauvetage total".

"Ce que craint le gouvernement espagnol, c'est qu'il demande le sauvetage, donc en admettant la faiblesse de l'Espagne et son impossibilité à se financer, et qu'ensuite, dans les discussions à Bruxelles, on ne lui accorde pas ce sauvetage parce que les Pays-Bas, la Finlande ou l'Allemagne posent des problèmes", note Daniel Pingarron.

"C'est le pire scénario possible car alors les marchés attaqueraient l'Espagne", privée de la solidarité européenne.