Comment améliorer son déjeuner dans sa boîte

ALIMENTATION Un livre propose aux salariés des recettes pratiques...

Bertrand de Volontat

— 

Fini le jambon-beurre devant l'ordi.
Fini le jambon-beurre devant l'ordi. — V. WARTNER / 20 MINUTES

Un salarié sur deux en France a accès à une restauration collective sur son lieu de travail. Pour les autres, le doute s'installe chaque jour sur le contenu de leur repas. Surtout quand il s'agit de payer cher un déjeuner non équilibré, malgré les efforts en la matière des bars à salades, notamment. Selon une étude de l'acteur de la protection sociale complémentaire, Malakoff Médéric, 35% des Français interrogés apportent leur déjeuner au bureau et la moitié le préparent eux-mêmes. Une véritable tendance.

Ne pas se limiter à un seul plat

En sachant que 86 % des Français veulent concilier alimentation et santé, ils sont désormais prêts à changer leurs repas pour rester en forme et limiter les risques cardio-vasculaires, apprend-on dans l'enquête. L'objectif de Bien déjeuner dans ma boîte, un livre de 70 recettes publié par le chef multi-étoilé Yannick Alléno et Malakoff Médéric, est de répondre à la question: «Qu'est-ce que je fais en un rien de temps le soir en rentrant du travail, sachant que je prends le métro et que je manque d'idées pour remplir ma boîte-déjeuner tout en restant sain?».

Les repas proposés dans ces bentos –ou «gamelles comme autrefois», ironise Guillaume Sarkozy, le délégué général de Malakoff Médéric– répondent aux exigences pratiques de préparation, de transport et de dégustation. Parmi ces recettes à faire soi-même, le traditionnel bœuf carottes à la cocotte minute, mais aussi la crème de petits pois au basilic et jambon blanc suivi d'une soupe de pêches aux fruits rouges. «Et le tout pour 5 euros environ, assurent les auteurs. Avec des produits trouvables près de chez vous.»

Résultat: un déjeuner équilibré dans trois boîtes séparées, entrée-plat-dessert. «Un repas ne veut pas dire un seul plat», rappelle le Dr Patrick Serog, qui précise aussi que le déjeuner ne doit pas passer sous la barre des vingt-deux minutes. «Cela évite de grignoter.» Pour un esprit sain dans un corps sain avant d'attaquer une après-midi de travail.