Berlin précise certaines réserves sur le projet EADS-BAE

Reuters

— 

L'Allemagne et la France sont d'accord pour juger que le projet de fusion entre EADS et BAE Systems n'inclut par une garantie totale contre d'éventuels prédateurs, montre un document du ministère allemand de l'Economie que Reuters s'est procuré lundi.

Inquiétude pour l'emploi

Soulignant la volonté de Berlin et Paris de parvenir à une position commune, il est expliqué dans ce rapport que les garanties fournies par le projet en matière de localisation futures des sites de production ne sont pas fiables, soulignant ainsi le risque de pertes d'emploi à l'avenir en cas de rapprochement.

Le projet prévoit que les Etats ne pourront pas exiger d'être consultés sur les décisions opérationnelles du nouvel ensemble, est-il noté dans le document.

Il est ajouté que le rapport entre les valorisations respectives d'EADS et BAE est «plus proche» de 70/30 que des 60/40 évoqués par les deux groupes.