Lufthansa lance une nouvelle compagnie à bas-coûts pour contrer la concurrence

© 2012 AFP

— 

Le groupe allemand Lufthansa a annoncé mercredi le lancement d'une nouvelle compagnie, destinée à assurer une partie de ses vols en Allemagne et en Europe, dans une tentative de contrer la concurrence sans merci que lui livrent les compagnies low-cost comme Ryanair ou Easyjet.
Le groupe allemand Lufthansa a annoncé mercredi le lancement d'une nouvelle compagnie, destinée à assurer une partie de ses vols en Allemagne et en Europe, dans une tentative de contrer la concurrence sans merci que lui livrent les compagnies low-cost comme Ryanair ou Easyjet. — Johannes Eisele afp.com

Le groupe allemand Lufthansa a annoncé mercredi le lancement d'une nouvelle compagnie, destinée à assurer une partie de ses vols en Allemagne et en Europe, dans une tentative de contrer la concurrence sans merci que lui livrent les compagnies low-cost comme Ryanair ou Easyjet. A partir de janvier 2013, ses filiales Direct Services, qui gère tous les vols intérieurs et vers l'Europe de Lufthansa ne passant pas par ses plateformes de Francfort et de Munich, et la compagnie à bas-coûts Germanwings seront regroupées sous une même bannière.

Cette entité, dont le nom doit être dévoilé ultérieurement, offrira ainsi «un potentiel énorme d'amélioration de notre efficacité», s'est félicité son patron Christoph Franz. Les avions de la compagnie régionale Eurowings voleront également pour la nouvelle compagnie, qui disposera au total de 90 appareils à destination de l'Allemagne et de l'Europe. Si le premier vol n'est pas prévu avant quelques mois, cette annonce a fait décoller le cours de bourse de Lufthansa, en hausse de près de 1,50% ce jeudi 13h08, en deuxième position des progressions sur l'indice Dax.

Objectif, transporter près de 18 millions de passagers la première année

Planifiée de longue date sous le nom de code «Direkt4U», cette nouvelle entité s'appuiera sur la base juridique de Germanwings GmbH et vise à transporter près de 18 millions de passagers au cours de la première année. C'est finalement l'aéroport de Cologne qui a été choisi pour accueillir le siège, les structures commerciales et la logistique de la nouvelle compagnie, alors que les noms de Berlin et de Düsseldorf avaient également été évoqués.

Une décision qui sonne comme un nouveau revers pour la capitale allemande, qui avait un temps fait figure de favorite, mais est empêtrée depuis plusieurs année dans des retards et des couacs à répétition concernant la construction de son nouvel aéroport BER. Il reste désormais à savoir quel sera l'effet de cette annonce sur les négociations salariales très compliquées que mènent actuellement la direction de Lufthansa avec ses personnels navigants.

La compagnie aérienne et le syndicat des stewards et hôtesses de l'air Ufo se sont accordés la semaine dernière sur le nom du médiateur appelé à résoudre un conflit qui a déjà entraîné trois arrêts de travail. L'un d'eux, national et de 24 heures, avait entraîné l'annulation d'environ la moitié des 1.800 vols quotidiens de Lufthansa. Selon Ufo, cité par l'agence allemande dpa, les salariés de la compagnie «sont totalement déconcertés» par cette annonce et ne sont pas prêts à accepter des salaires au rabais.