La Russie annule 400 millions d'euros de dette du Kirghizistan

Reuters

— 

La Russie a accepté ce jeudi d'annuler presque 400 millions d'euros de la dette que lui doit le Kirghizistan, en échange d'une série d'accords qui accroissent l'influence de Moscou en matière militaire et énergétique sur l'ancienne république soviétique. Les accords, qui incluent l'extension pour quinze ans du bail d'une base militaire de Moscou et la construction de centrales hydroélectiques par des groupes russes, renforcent la présence du Kremlin en Asie centrale, région qui craint une contagion des rébellions islamistes afghanes.

«Une présence militaire à la fois au Tadjikistan et au Kirghizistan est un facteur significatif de stabilité», a déclaré le président russe, Vladimir Poutine, lors d'une conférence de presse commune avec son homologue kirghize, Almazbek Atambayev. Les accords, signés alors que le Kirghizistan vient de confirmer la fermeture d'une base américaine d'ici 2014, marquent en outre la volonté du Kremlin d'accentuer son influence sur l'ensemble de l'Asie, après l'annulation mardi de 90% des neuf milliards d'euros de la dette nord-coréenne envers la Russie.

Depuis une révolution en 2010 contre le régime autocratique de Kourmanbek Bakiev, au pouvoir pendant vingt ans, les autorités du nord du Kirghizistan, partie la plus «russifiée», exercent peu de contrôle sur le Sud, plus pauvre et plus nationaliste.