Pour la BCE, son nouveau programme n'alimentera pas l'inflation

Avec Reuters

— 

Le nouveau programme de rachats d'obligations souveraines de la Banque centrale européenne (BCE) n'alimentera pas l'inflation, ne présente pas de risque important pour le bilan de l'institution et n'est pas assimilable à une opération d'assouplissement quantitatif, a déclaré jeudi Benoît Coeuré, membre du directoire de la BCE.

Benoît Coeuré, qui supervisera ce programme en tant que responsable des opérations de marché de la BCE, a insisté en outre sur la volonté de la banque de tout faire pour préserver la stabilité des prix ainsi que la solidité et l'irréversibilité de l'euro, tout en pressant les gouvernements de faire leur part du travail.

Un élément clef de stabilité

«L'idée que les banques centrales disposent de capacités illimitées de création monétaire est une illusion et ne peut servir d'excuse pour ne pas réformer les économies», a-t-il dit selon le texte d'une présentation qu'il devait faire à l'Institut d'études politiques de Paris.

Il a fait valoir que ce nouveau programme était un élément clé de la stabilité des prix dans la zone euro, estimant que l'indépendance de la BCE et son mandat de préserver cette stabilité étaient des éléments nécessaires mais pas suffisants pour assurer une inflation stable et faible en toutes circonstances.