Commerzbank prévoit une nouvelle décote sur la dette grecque

Avec Reuters

— 

Le président du directoire de la Commerzbank pense que tous les créanciers obligataires de la Grèce seront sollicités en vue d'accepter une nouvelle décote, y compris la Banque centrale européenne, qui avait refusé de prendre part à une première opération d'échange de dette.

«Nous aurons en définitive une nouvelle décote sur la Grèce, à laquelle tous les créanciers devront contribuer», a dit Martin Blessing lors d'une conférence à Francfort. La Grèce avait paré à la menace d'un défaut sur sa dette en mars dernier en concluant un accord d'échange de dette avec une grande majorité de ses créanciers obligataires privés.

Ces derniers avaient accepté une perte des trois quarts de la valeur de leurs titres en les échangeant contre de nouvelles obligations à 30 ans versant un coupon moins élevé, un montant qui a permis de réduire la dette grecque d'une centaine de milliards d'euros.

La BCE n'avait pas participé à l'opération, au motif qu'elle n'était pas un créancier privé. Des responsables européens avaient estimé en juillet que le Grèce ne pourrait sans doute pas rembourser ce qu'elle doit et qu'il faudrait une nouvelle restructuration de sa dette, générant une charge qui, cette fois-ci, serait pour l'essentiel supportée par la BCE et les pays de la zone euro.

Une petite minorité des investisseurs privés avaient refusé de participer au premier accord d'échange de dette et avaient au contraire saisi les tribunaux au sujet de neuf milliards d'euros d'obligations grecques émises suivant le droit international et non pas grec.