L'activité industrielle s'effondre en septembre en France

INDICATEURS L'indice PMI manufacturier publié jeudi par l’institut Markit atteint son plus bas niveau depuis 2009...

C.P.

— 

Lancement officiel de la production de la Peugeot 208 à l'usine PSA de Poissy (Yvelines), le 27 janvier 2012.
Lancement officiel de la production de la Peugeot 208 à l'usine PSA de Poissy (Yvelines), le 27 janvier 2012. — Vincent Wartner / 20 Minutes

Rien ne va plus sur le front de l’industrie. L'indice PMI* des directeurs d’achats manufacturiers français est tombé à 42,6 en septembre après 46 en août, et celui de la production manufacturière de 43,3 à 39,8, atteignant leur plus bas niveau depuis trois ans et demi. L'indice des services a quant à lui reculé à 46,1 après 49,2 en août, un plus bas de quatre mois.

Ce repli de l’activité du secteur privé français «reflète une forte contraction des nouvelles affaires en septembre», souligne  Markit dans un communiqué. Les entreprises interrogées signalant «une diminution du volume des nouveaux contrats pour le 7ème mois consécutif». «Selon les répondants, cette tendance résulte de la faiblesse de la demande et du climat d’incertitude actuel incitant les clients à la prudence», explique l’agence.

Risque accru de récession

Selon Chris Williamson, chef économiste chez Markit, cité par Reuters, ces résultats suggèrent que l'économie française pourrait se contracter de 0,5% à 0,6% au troisième trimestre, après trois trimestres consécutifs de stagnation. «La France commence vraiment à être à la peine», insiste-t-il.

Une mauvaise nouvelle également pour l’emploi. «La charge de travail diminuant, les entreprises du secteur privé français continuent de réduire leurs effectifs en septembre. Le taux de contraction de l’emploi se redresse et affiche un plus haut de 34 mois, les suppressions de postes s’accélérant tant dans l’industrie manufacturière que dans le secteur des services au cours de la dernière période d’enquête».

*Ces indices PMI « Flash » sont calculés sur la base d'environ 85% des réponses de l'échantillon suivi par Markit, composé de 750 entreprises des services et de l'industrie manufacturière.