Un « Duflot », plus social que le Scellier

— 

Plus avantageux fiscalement, mais aussi plus contraignant. La ministre du Logement, Cécile Duflot, a précisé mercredi dans une interview au Figaro la mécanique du dispositif, qui succédera au Scellier début 2013 pour doper l'investissement dans le parc locatif privé. Son objectif : faire construire 40 000 logements « accessibles » dès 2013, contre 30 000 pour le Scellier en 2012. La réduction d'impôt sera étalée entre neuf et douze ans, à un taux compris entre 17 et 20 % (contre 13 % sur neuf ans pour le Scellier classique et 17 % sur douze ans pour le Scellier intermédiaire), avec un bonus pour les bâtiments à très haute performance énergétique. En contrepartie, les conditions seront plus sévères : investissement limité à 300 000 €, plafond de loyers 20 % inférieur aux loyers du marché, et zonage plus réduit que pour le Scellier. Enfin, les plafonds de ressources des locataires seront baissés, afin de concentrer le nouveau dispositif sur les classes modestes et moyennes.