Fusion possible entre EADS et BAE Systems: Les Etats-Unis ne seraient pas contre

Avec Reuters

— 

Il est vraisemblable qu'une fusion entre EADS et BAE Systems serait autorisée aux Etats-Unis, selon plusieurs sources proches du dossier, et pourrait inspirer d'autres rapprochements dans le secteur de la défense. Les deux groupes de défense devraient cependant modifier divers accords de sécurité passés chacun de leur côté pour éviter tout problème sur certains programmes de défense américains jugés sensibles.

La fusion ne poserait pas de gros problèmes de concurrence aux USA, qui n'est pas pour l'heure un gros marché militaire pour EADS, selon les sources. EADS et BAE Systems n'ont pas beaucoup d'activités redondantes outre-Atlantique, ajoutent-elles. En outre, BAE Systems jouit d'une réputation avérée sur certains des programmes militaires américains les plus sensibles.

Des conversations avec des responsables américains

Le Pentagone a dit mercredi que les deux groupes n'avaient pas encore soumis de projet détaillé mais selon des personnes au fait du dossier, ils ont déjà eu des conversations avec des responsables américains. «Nous n'avons pas encore été informés officiellement d'une fusion mais nous l'examinerons si elle nous est soumise», a déclaré le lieutenant colonel Elizabeth Robbins, porte-parole du Pentagone.

EADS, la maison mère d'Airbus, et le groupe britannique BAE Systems ont annoncé mercredi discuter d'un rapprochement qui créerait un nouveau géant européen de l'aéronautique et de la défense, un projet motivé notamment par la baisse des dépenses de défense en Europe et aux Etats-Unis.

BAE emploie près de 40.000 personnes dans 42 Etats américains et EADS 3.000 dans 15 Etats. Le chiffre d'affaires de BAE aux Etats-Unis a été de 14,4 milliards de dollars en 2011 et celui d'EADS de 1,4 milliard de dollars environ. EADS construit de petits hélicoptères pour l'armée américaine mais en dehors de cela est peu représenté, d'autant qu'il a perdu l'an passé le marché des avions ravitailleurs de l'US Air Force au profit de Boeing au terme de bien des péripéties.

Des budgets serrés

Un haut fonctionnaire du Pentagone avait dit la semaine dernière à Reuters que de nouvelles coupes dans le budget de la défense pourraient amener le Pentagone a être moins regardant en matière de fusion entre grands acteurs du secteur. Il ajoutait que toute proposition, même impliquant de gros groupes, serait examinée au cas par cas.

«Si les budgets sont suffisamment serrés, il y aura de la consolidation à tous les niveaux», avait dit à Reuters ce mois-ci Linda Hudson, qui dirige les activités américaines de BAE.