Coup de froid sur le prêt-à-porter

— 

La consommation a chuté en six mois.
La consommation a chuté en six mois. — I. SIMON / SIPA

Les temps sont durs pour les « serial shoppeuses ». Entre janvier et juin, la consommation en valeur du prêt-à-porter féminin s'est écroulée de 5,8 %. « C'est le plus fort recul depuis peut-être vingt ans », a souligné mercredi Jean-Pierre Mocho, le président de la Fédération française du prêt-à-porter, lors de la présentation de son bilan économique de mi-parcours.

Traque aux « prix barrés »
En comparaison, la mode homme (- 2,5 %) et enfant (- 2 %) résiste plutôt bien, limitant la baisse semestrielle globale de l'habillement à 3,5 %. Mais si la tendance se poursuit jusqu'à la fin de l'année, c'est le triste record de 2009 (-3,5 %) qui pourrait être battu.
Parmi les explications de cette débâcle : une météo capricieuse, mais surtout un pouvoir d'achat dégradé sur fond de crise économique. Face à un budget serré, les Françaises misent sur une double stratégie : réduire les achats en volume d'une part (10,7 %), et traquer les « prix barrés » de l'autre. La part des achats en soldes et promotions atteint ainsi aujourd'hui 39,7 %, contre 36,7 % au premier semestre 2011.
Seul point d'optimisme pour la filière française : le rebond de 2,4 % des exportations au premier semestre, porté notamment par les marchés les plus lointains, Etats-Unis en tête (+ 45,7 %).
« L'année 2012 sera difficile, mais le grand export est le véritable relais de croissance pour notre industrie. C'est lui qui va sauver l'année », a estimé Jean-Pierre Mocho.C. P.