En images : Les partisans de Jair Bolsonaro sèment le chaos au Brésil contre l’élection du président Lula

DéMOCRATIE ATTAQUÉe Une véritable marée humaine de manifestants vêtus de jaune et vert a pris d’assaut et saccagé les principaux lieux de pouvoir du pays à Brasilia

O.J. avec AFP
— 
Des membres de la police fédérale se tiennent à côté d'un véhicule qui s'est échoué dans une fontaine alors que les partisans de l'ancien président brésilien Jair Bolsonaro envahissent le Congrès, à Brasilia, le 8 janvier 2023.
Des membres de la police fédérale se tiennent à côté d'un véhicule qui s'est échoué dans une fontaine alors que les partisans de l'ancien président brésilien Jair Bolsonaro envahissent le Congrès, à Brasilia, le 8 janvier 2023. — SERGIO LIMA/AFP

Brasilia était plongée dans le chaos dimanche après l'invasion du palais présidentiel, de la Cour suprême et du Congrès par des centaines de partisans de l'ex-président brésilien d'extrême droite Jair Bolsonaro, une semaine après l'investiture du président de gauche Lula. Une véritable marée humaine de manifestants vêtus de jaune et vert a pris d’assaut et saccagé les principaux lieux de pouvoir du pays dans la capitale. Les forces de l'ordre ont été complètement débordées. Des images impressionnantes qui rappellent l’invasion du Capitole à Washington par des partisans de l'ex-président Donald Trump, en janvier 2021.


Réalisation : Olivier JUSZCZAK

  • Des partisans de l’ancien président brésilien Jair Bolsonaro prennent d’assaut le bâtiment du Congrès, à Brasilia, au Brésil, le dimanche 8 janvier 2023.
    Des partisans de l’ancien président brésilien Jair Bolsonaro prennent d’assaut le bâtiment du Congrès, à Brasilia, au Brésil, le dimanche 8 janvier 2023. — ERALDO PERES/AP/SIPA

    Le centre du pouvoir à Brasilia a été plongé dans le chaos, dimanche 8 janvier.

  • Des partisans de l’ancien président brésilien Jair Bolsonaro prennent d’assaut le bâtiment du Congrès, à Brasilia, au Brésil, le dimanche 8 janvier 2023.
    Des partisans de l’ancien président brésilien Jair Bolsonaro prennent d’assaut le bâtiment du Congrès, à Brasilia, au Brésil, le dimanche 8 janvier 2023. — Eraldo Peres/AP/SIPA

    Une véritable marée humaine de manifestants vêtus de jaune et vert a pris d’assaut et saccagé les principaux lieux de pouvoir du pays.

  • Dimanche 8 janvier 2023, les partisans de Bolsonaro sèment le chaos à Brasilia, au Brésil, lors d’une tentative de coup d’État avec l’invasion du STF, du Congrès national et du Palais du Planalto.
    Dimanche 8 janvier 2023, les partisans de Bolsonaro sèment le chaos à Brasilia, au Brésil, lors d’une tentative de coup d’État avec l’invasion du STF, du Congrès national et du Palais du Planalto. — TON MOLINA/FOTOARENA/SIPA

    Les policiers ont tenté, en vain, de les repousser avec du gaz lacrymogène.

  • Dimanche 8 janvier 2023, les partisans de Bolsonaro sèment le chaos à Brasilia, au Brésil, lors d’une tentative de coup d’État avec l’invasion du STF, du Congrès national et du Palais du Planalto.
    Dimanche 8 janvier 2023, les partisans de Bolsonaro sèment le chaos à Brasilia, au Brésil, lors d’une tentative de coup d’État avec l’invasion du STF, du Congrès national et du Palais du Planalto. — TON MOLINA/FOTOARENA/SIPA

    La zone près de la Place des trois pouvoirs avait été pourtant bouclée par les autorités, mais les bolsonaristes sont parvenus à rompre les cordons de sécurité.

  • Des membres de la police fédérale se tiennent à côté d’un véhicule qui s’est échoué dans une fontaine alors que les partisans de l’ancien président brésilien Jair Bolsonaro envahissent le Congrès, à Brasilia, le 8 janvier 2023.
    Des membres de la police fédérale se tiennent à côté d’un véhicule qui s’est échoué dans une fontaine alors que les partisans de l’ancien président brésilien Jair Bolsonaro envahissent le Congrès, à Brasilia, le 8 janvier 2023. — SERGIO LIMA/AFP

    Au milieu de la Place des trois pouvoirs, où se côtoient le Congrès, le palais présidentiel et la Cour suprême, un agent de la police montée a été désarçonné puis frappé à terre par des assaillants armés de bâtons, et une voiture de police a fini sa course dans une fontaine.

  • Un partisan de l’ancien président brésilien Jair Bolsonaro derrière une fenêtre après avoir pris d’assaut le palais du Planalto, à Brasilia, au Brésil, le dimanche 8 janvier 2023.
    Un partisan de l’ancien président brésilien Jair Bolsonaro derrière une fenêtre après avoir pris d’assaut le palais du Planalto, à Brasilia, au Brésil, le dimanche 8 janvier 2023. — ERALDO PERES/AP/SIPA

    Une semaine après l’investiture du président de gauche Lula.

  • Un partisan de l’ancien président brésilien Jair Bolsonaro agite un drapeau brésilien depuis une fenêtre après avoir pris d’assaut le palais du Planalto, à Brasilia, au Brésil, le dimanche 8 janvier 2023.
    Un partisan de l’ancien président brésilien Jair Bolsonaro agite un drapeau brésilien depuis une fenêtre après avoir pris d’assaut le palais du Planalto, à Brasilia, au Brésil, le dimanche 8 janvier 2023. — ERALDO PERES/AP/SIPA

    Des grenades assourdissantes ont été lancées par les forces de l’ordre depuis un hélicoptère sur les manifestants qui occupaient le toit du Congrès.

  • Un partisan de l’ancien président brésilien Jair Bolsonaro derrière une fenêtre après avoir pris d’assaut le palais du Planalto, à Brasilia, au Brésil, le dimanche 8 janvier 2023.
    Un partisan de l’ancien président brésilien Jair Bolsonaro derrière une fenêtre après avoir pris d’assaut le palais du Planalto, à Brasilia, au Brésil, le dimanche 8 janvier 2023. — ERALDO PERES/AP/SIPA

    Un syndicat de presse local a fait état de l’agression de cinq journalistes. Parmi eux, un photographe de l’AFP a été frappé et s’est fait voler tout son matériel.

  • Scènes de chaos alors que les partisans de l’ancien président brésilien Jair Bolsonaro prennent d’assaut le Congrès national et la Cour suprême, le 8 janvier, au Brésil.
    Scènes de chaos alors que les partisans de l’ancien président brésilien Jair Bolsonaro prennent d’assaut le Congrès national et la Cour suprême, le 8 janvier, au Brésil. — EPN/NEWSCOM/SIPA

    Selon la chaîne CNN, des manifestants ont mis le feu au tapis d’un salon du Congrès, qui a dû être inondé pour éteindre l’incendie.

  • Des partisans de l’ancien président brésilien Jair Bolsonaro saccagent un bureau après avoir pris d’assaut le palais du Planalto à Brasilia, au Brésil, le dimanche 8 janvier 2023.
    Des partisans de l’ancien président brésilien Jair Bolsonaro saccagent un bureau après avoir pris d’assaut le palais du Planalto à Brasilia, au Brésil, le dimanche 8 janvier 2023. — ERALDO PERES/AP/SIPA

    Sur les réseaux sociaux, on peut voir des vidéos montrant des bureaux de parlementaires saccagés ou des manifestants debout sur les sièges de l’hémicycle au Sénat.

  • Des meubles cassés qui ont été jetés hors du palais du Planalto par les manifestants, à Brasilia, au Brésil, le dimanche 8 janvier 2023.
    Des meubles cassés qui ont été jetés hors du palais du Planalto par les manifestants, à Brasilia, au Brésil, le dimanche 8 janvier 2023. — ERALDO PERES/AP/SIPA

    Les dégâts semblent considérables, dans ces bâtiments qui sont des trésors de l’architecture moderne et regorgent d’œuvres d’art.

  • Des partisans de l’ancien président brésilien Jair Bolsonaro après avoir pris d’assaut le palais du Planalto à Brasilia, au Brésil, le dimanche 8 janvier 2023.
    Des partisans de l’ancien président brésilien Jair Bolsonaro après avoir pris d’assaut le palais du Planalto à Brasilia, au Brésil, le dimanche 8 janvier 2023. — ERALDO PERES/AP/SIPA

    Des tableaux d’une valeur inestimable ont été endommagés.

  • Un partisan de l’ancien président brésilien Jair Bolsonaro derrière une fenêtre après avoir pris d’assaut le palais du Planalto, à Brasilia, au Brésil, le dimanche 8 janvier 2023.
    Un partisan de l’ancien président brésilien Jair Bolsonaro derrière une fenêtre après avoir pris d’assaut le palais du Planalto, à Brasilia, au Brésil, le dimanche 8 janvier 2023. — ERALDO PERES/AP/SIPA

    Des images impressionnantes, rappelant l’invasion du Capitole aux Etats-Unis en janvier 2021.

  • Des manifestants, partisans de l’ancien président brésilien Jair Bolsonaro, sont assis devant la police après avoir pénétré dans le palais du Planalto, à Brasilia, au Brésil, le dimanche 8 janvier 2023.
    Des manifestants, partisans de l’ancien président brésilien Jair Bolsonaro, sont assis devant la police après avoir pénétré dans le palais du Planalto, à Brasilia, au Brésil, le dimanche 8 janvier 2023. — ERALDO PERES/AP/SIPA

    Au moins 150 partisans de l’ex-président d’extrême droite Jair Bolsonaro ont été arrêtés après l’invasion et le saccage des principaux lieux de pouvoir du Brésil, dimanche à Brasilia, selon plusieurs médias.

  • Un hélicoptère de la police survole le palais du Planalto, pris d’assaut et vandalisé par des partisans de l’ancien président brésilien Jair Bolsonaro à Brasilia, au Brésil, le dimanche 8 janvier 2023.
    Un hélicoptère de la police survole le palais du Planalto, pris d’assaut et vandalisé par des partisans de l’ancien président brésilien Jair Bolsonaro à Brasilia, au Brésil, le dimanche 8 janvier 2023. — ERALDO PERES/AP/SIPA

    Le président Lula, 77 ans, était absent de Brasilia dimanche car il s’était rendu à Araraquara, ville de l’Etat de Sao Paulo (sud-est) dévastée par des inondations en fin d’année.

  • Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva inspecte les dégâts au palais du Planalto, pris d’assaut par des partisans de l’ancien président Jair Bolsonaro, à Brasilia, au Brésil, le dimanche 8 janvier 2023.
    Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva inspecte les dégâts au palais du Planalto, pris d’assaut par des partisans de l’ancien président Jair Bolsonaro, à Brasilia, au Brésil, le dimanche 8 janvier 2023. — ERALDO PERES/AP/SIPA

    Il est rentré dimanche soir à Brasilia pour constater les énormes dégâts dans le palais présidentiel saccagé par des partisans de son prédécesseur Jair Bolsonaro, qui a condamné sans fermeté cette invasion.

  • Des membres de la sécurité du palais présidentiel du Planalto marchent le long d’une des entrées du bâtiment détruit par des partisans de l’ancien président Jair Bolsonaro, à Brasilia, le 9 janvier 2023.
    Des membres de la sécurité du palais présidentiel du Planalto marchent le long d’une des entrées du bâtiment détruit par des partisans de l’ancien président Jair Bolsonaro, à Brasilia, le 9 janvier 2023. — CARL DE SOUZA/AFP

    Des bolsonaristes manifestaient déjà devant des casernes militaires depuis la défaite du président sortant le 30 octobre. Ils réclamaient l’intervention de l’armée pour empêcher Lula de revenir au pouvoir pour un troisième mandat, après ceux de 2003 à 2010.

  • Une manifestante regarde les forces de police montée pendant que des soldats démantèlent un camp de partisans de l’ex-président d’extrême droite Jair Bolsonaro devant le quartier général de l’armée à Brasilia, le 9 janvier 2023.
    Une manifestante regarde les forces de police montée pendant que des soldats démantèlent un camp de partisans de l’ex-président d’extrême droite Jair Bolsonaro devant le quartier général de l’armée à Brasilia, le 9 janvier 2023. — MAURO PIMENTEL/AFP

    Au lendemain du saccage du palais présidentiel, du Congrès et de la Cour suprême dimanche par des centaines de bolsonaristes, de nombreuses questions se posaient sur l’impréparation, l’incompétence voire la complicité des forces de sécurité.

Retourner en haut de la page