En images : Du FN au RN, 50 années marquées du nom Le Pen

Family business De Jean-Marie à Marine et Marion Maréchal, la famille Le Pen règne sur l’extrême droite française depuis cinquante ans

O.J. avec AFP
— 
Jean-Marie Le Pen, entouré de ses trois filles Marine, Yann et Marie-Caroline, se réjouit le 24 avril 1988 au balcon de sa résidence de Saint-Cloud, près de Paris , après avoir remporté 14,4 % au premier tour de l'élection présidentielle.
Jean-Marie Le Pen, entouré de ses trois filles Marine, Yann et Marie-Caroline, se réjouit le 24 avril 1988 au balcon de sa résidence de Saint-Cloud, près de Paris , après avoir remporté 14,4 % au premier tour de l'élection présidentielle. — PIERRE GUILLAUD/AFP

Ce 5 octobre 2022, le FN, maintenant RN, fête son 50e anniversaire. Le Front national (FN), parti d’extrême droite fondé en 1972 par Jean-Marie Le Pen et devenu le Rassemblement national (RN) présidé par sa fille Marine, poursuit son ascension depuis sa création. Du groupuscule marginal au premier parti d’opposition qui a réuni plus de 40 % des électeurs à la présidentielle, le mouvement nationaliste est aussi étroitement lié à une famille qui répond au nom de Le Pen. « Détail » de l’Histoire, « dédiabolisation », retour sur 50 années à l’extrême droite française au sein d’un même clan, en images.


Réalisation : Olivier JUSZCZAK

  • Le président du Front National Jean-Marie Le Pen est photographié, le 3 février 1973 à Paris, lors de la campagne électorale pour les élections législatives.
    Le président du Front National Jean-Marie Le Pen est photographié, le 3 février 1973 à Paris, lors de la campagne électorale pour les élections législatives. — AFP

    Le 5 octobre 1972, le « Front national pour l’unité française », parti issu de divers groupes nationalistes dont Ordre Nouveau, voit le jour. Après un score inférieur à 1 % à la présidentielle de 1974, son président Jean-Marie Le Pen met l’accent sur la lutte contre l’immigration.

  • Photo prise le 1er mai 1974 à Saint-Cloud montre Jean-Marie Le Pen, candidat à l’élection présidentielle pour le parti d’extrême droite Front National (FN), avec sa famille, sa femme Pierrette, ses filles Marie-Caroline, Marine et Yann.
    Photo prise le 1er mai 1974 à Saint-Cloud montre Jean-Marie Le Pen, candidat à l’élection présidentielle pour le parti d’extrême droite Front National (FN), avec sa famille, sa femme Pierrette, ses filles Marie-Caroline, Marine et Yann. — AFP

    Le parti d’extrême droite est étroitement lié avec la famille de son leader. Ici Jean-Marie Le Pen, entouré de ses trois filles Marie-Caroline, Marine et Yann, et de son épouse Pierrette.

  • Le leader d’extrême droite Jean-Marie Le Pen lors du conseil national du Front national, le 14 janvier 1984, à Lyon.
    Le leader d’extrême droite Jean-Marie Le Pen lors du conseil national du Front national, le 14 janvier 1984, à Lyon. — LUC NOVOVITCH/AFP

    Le parti se dote d’un logo symbolique représentant une flamme aux couleurs bleu, blanc, rouge.

  • La candidate du FN Marie-Caroline Le Pen, accompagnée de sa sœur Marine, fait campagne sur un marché, le 24 février 1985 à Neuilly dans le cadre des élections cantonales.
    La candidate du FN Marie-Caroline Le Pen, accompagnée de sa sœur Marine, fait campagne sur un marché, le 24 février 1985 à Neuilly dans le cadre des élections cantonales. — PIERRE GUILLAUD/AFP

    En février 1985, l’ainée Marie-Caroline et la cadette Marine font campagne ensemble dans le cadre des éléctions cantonales à Neuilly-sur-Seine. Et Marine Le Pen aime son nom !

  • Le président du Front National Jean-Marie Le Pen s’exprime, le 9 avril 1986, à la tribune de l’Assemblée nationale à Paris.
    Le président du Front National Jean-Marie Le Pen s’exprime, le 9 avril 1986, à la tribune de l’Assemblée nationale à Paris. — GEORGES BENDRIHEM/AFP

    En 1986, le scrutin proportionnel fait entrer 35 députés FN à l’Assemblée nationale, 135 élus FN aux régionales.

  • Jean-Marie Le Pen pratique la boxe le 30 janvier 1988 dans la salle d’entraînement de sa résidence de Saint-Cloud, près de Paris.
    Jean-Marie Le Pen pratique la boxe le 30 janvier 1988 dans la salle d’entraînement de sa résidence de Saint-Cloud, près de Paris. — DERRICK CEYRAC/AFP

    Jean-Marie Le Pen aime se mettre en scène et envoyer des coups de poing dans la gueule de l’Histoire. En septembre 1987, il qualifie les chambres à gaz nazies de « point de détail de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale » et est condamné pour cela en 1991.

  • Jean-Marie Le Pen, entouré de ses trois filles Marine, Yann et Marie-Caroline, se réjouit le 24 avril 1988 au balcon de sa résidence de Saint-Cloud, près de Paris après avoir remporté 14,4 au premier tour de l’élection présidentielle.
    Jean-Marie Le Pen, entouré de ses trois filles Marine, Yann et Marie-Caroline, se réjouit le 24 avril 1988 au balcon de sa résidence de Saint-Cloud, près de Paris après avoir remporté 14,4 au premier tour de l’élection présidentielle. — PIERRE GUILLAUD/AFP

    Jean-Marie enregistre 14,37 % des voix à la présidentielle de 1988, ce qui réjouit l’ensemble de la famille Le Pen.

  • Le président du Front national d’extrême droite français Jean-Marie Le Pen salue les partisans lors d’un rassemblement du 1er mai 1990 alors que des membres du parti bâillonnés, dont Bruno Mégret (2e gauche), protestent contre le manque de représentation du parti à l’assemblée française à Paris.
    Le président du Front national d’extrême droite français Jean-Marie Le Pen salue les partisans lors d’un rassemblement du 1er mai 1990 alors que des membres du parti bâillonnés, dont Bruno Mégret (2e gauche), protestent contre le manque de représentation du parti à l’assemblée française à Paris. — PIERRE GUILLAUD/AFP

    Mais ne conserve qu’une députée après les éléctions législatives qui suivent.

  • Jean-Marie Le Pen, flanqué de sa fille Marine et de son épouse Jany, défile le 1er mai 1995 à la place de l’Opéra à Paris pour célébrer Jeanne d’Arc.
    Jean-Marie Le Pen, flanqué de sa fille Marine et de son épouse Jany, défile le 1er mai 1995 à la place de l’Opéra à Paris pour célébrer Jeanne d’Arc. — PASCAL PAVANI/AFP

    De 1992 à 1998, le FN prend des bastions : Toulon (Var), Marignane (Bouches-du-Rhône) ou Orange (Vaucluse). A la présidentielle de 1995, Jean-Marie Le Pen obtient 15,15 % des voix. Le 1er mai, en marge d’un défilé FN où le leader est accompagné de sa fille Marine, un jeune Marocain est poussé dans la Seine par des skinheads et se noie.

  • L’épouse de Jean-Marie Le Pen, Jany, le 23 septembre 1998 à son domicile de Rueil-Malmaison, en compagnie de son chien, quelques jours après la fête "Bleu-Blanc-Rouge" du Front National.
    L’épouse de Jean-Marie Le Pen, Jany, le 23 septembre 1998 à son domicile de Rueil-Malmaison, en compagnie de son chien, quelques jours après la fête "Bleu-Blanc-Rouge" du Front National. — JOEL ROBINE/AFP

    A Mantes-la-Jolie, le 30 mai 1997, Jean-Marie Le Pen s’oppose violemment à une manifestation contre sa venue. Après avoir molesté la maire de la ville, il s’en prend à un jeune manifestant le traitant de « rouquin » et « pédé ». Il sera condamné à deux ans d’inéligibilité. C’est alors que le leader envisage publiquement de faire conduire par son épouse la liste FN aux élections européennes de 1999. Elle refuse et son mari pourra finalement représenter le parti lors des ces élections aux résultats décevants (5,70 %).

  • Le président du Front National et candidat à l’élection présidentielle, Jean-Marie Le Pen, embrasse sa femme Jany après l’annonce des premières estimations des résultats du premier tour, le 21 avril 2002 à Saint-Cloud à son quartier général.
    Le président du Front National et candidat à l’élection présidentielle, Jean-Marie Le Pen, embrasse sa femme Jany après l’annonce des premières estimations des résultats du premier tour, le 21 avril 2002 à Saint-Cloud à son quartier général. — ERIC FEFERBERG/AFP

    Coup de tonnerre en 2002, Jean-Marie Le Pen devance Lionel Jospin et se qualifie pour le second tour de la présidentielle face à Jacques Chirac avec 16,86 %.

  • Des manifestants anti-Le Pen sont juchés sur la statue de Jeanne d’Arc à Paris, le 21 avril 2002, après les résultats du premier tour de l’élection présidentielle.
    Des manifestants anti-Le Pen sont juchés sur la statue de Jeanne d’Arc à Paris, le 21 avril 2002, après les résultats du premier tour de l’élection présidentielle. — JEAN AYISSI/AFP

    De nombreuses manifestations s’organisent partout en France contre l’extrême droite durant l’entre-deux tour. Le 1er mai 2002, plus de 1.300.000 personnes sont dans la rue pour protester contre la présence de Jean-Marie Le Pen au second tour de l’élection présidentielle.

  • Le Président du Front national, Jean-Marie Le Pen, se promène dans les jardins de sa maison de Saint-Cloud avec ses chiens le 25 avril 2002.
    Le Président du Front national, Jean-Marie Le Pen, se promène dans les jardins de sa maison de Saint-Cloud avec ses chiens le 25 avril 2002. — JOEL SAGET/AFP

    Jean-Marie Le Pen se balade, quant à lui, dans son jardin avec ses deux Doberman. Le 5, Jacques Chirac, qui a refusé le débat télévisé avec son adversaire, est réélu avec 82,21 % des voix, un score atypique dans une démocratie.

  • La fille du président du Font national, Marine Le Pen, s’entretient avec des riverains, le 17 mai 2002 sur le marché de Lens, dans le cadre de sa campagne pour les élections législatives.
    La fille du président du Font national, Marine Le Pen, s’entretient avec des riverains, le 17 mai 2002 sur le marché de Lens, dans le cadre de sa campagne pour les élections législatives. — PHILIPPE HUGUEN/AFP

    A partir de 2002, Marine Le Pen apparait de plus en plus dans les médias.

  • Le président du Front national Jean-Marie Le Pen présente ses vœux à la presse, le 8 janvier 2009 à Nanterre aux côtés de sa fille et vice-présidente du FN, Marine Le Pen.
    Le président du Front national Jean-Marie Le Pen présente ses vœux à la presse, le 8 janvier 2009 à Nanterre aux côtés de sa fille et vice-présidente du FN, Marine Le Pen. — JACQUES DEMARTHON/AFP

    Puis devient vice-présidente du parti, mais le FN recule aux européennes de 2009 (4,17 %).

  • La vice-présidente du Front national (FN) Marine Le Pen devant la porte de sa maison de campagne le 28 juillet 2010 à La Trinité-sur-Mer en Bretagne.
    La vice-présidente du Front national (FN) Marine Le Pen devant la porte de sa maison de campagne le 28 juillet 2010 à La Trinité-sur-Mer en Bretagne. — MARTIN BUREAU/AFP

    Marine Le Pen, comme son père, apprécie les animaux de compagnie et le fait savoir…

  • La présidente nouvellement élue du parti d’extrême droite Front national (FN) Marine Le Pen prononce un discours lors du congrès du parti, le 16 janvier 2011 à Tours.
    La présidente nouvellement élue du parti d’extrême droite Front national (FN) Marine Le Pen prononce un discours lors du congrès du parti, le 16 janvier 2011 à Tours. — ALAIN JOCARD/AFP

    Elle accède le 16 janvier 2011 à la tête du parti et entame son processus de « dédiabolisation ».

  • Une photo prise le 22 avril 2012 montre des affiches de campagne déchirées avec le regard de Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen devant un bureau de vote à Strasbourg, en Alsace.
    Une photo prise le 22 avril 2012 montre des affiches de campagne déchirées avec le regard de Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen devant un bureau de vote à Strasbourg, en Alsace. — PATRICK HERTZOG/AFP

    En 2012, elle arrive troisième à la présidentielle avec 17,9 %.

  • Marion Marechal-Le Pen et de son grand-père Jean-Marie Le Pen lors d’une conférence de presse le 11 mai 2012 pour présenter les candidats du FN aux élections législatives dans le Vaucluse.
    Marion Marechal-Le Pen et de son grand-père Jean-Marie Le Pen lors d’une conférence de presse le 11 mai 2012 pour présenter les candidats du FN aux élections législatives dans le Vaucluse. — BORIS HORVAT/AFP

    La même année, un nouveau membre de la famille Le Pen fait son apparition. Marion Maréchal, sa nièce, devient députée du Vaucluse et entre au palais Bourbon.

  • Marion Maréchal-Le Pen, députée, écoute le discours de sa tante et présidente du parti Front national, Marine Le Pen, lors d’une conférence de presse le 16 novembre 2012 à Carpentras.
    Marion Maréchal-Le Pen, députée, écoute le discours de sa tante et présidente du parti Front national, Marine Le Pen, lors d’une conférence de presse le 16 novembre 2012 à Carpentras. — ANNE-CHRISTINE POUJOULAT/AFP

    Soucieuse de polir l’image du FN, Marine Le Pen accentue les questions sociales. Après avoir remporté onze mairies en 2014, son parti engrange une victoire historique aux élections européennes (25 %), loin devant l’UMP et le PS. Mais des tensions commencent à apparaitre entre Marion et Marine. La nièce choisira après son mandat de quitter le parti et s’engagera auprès d’un mouvement concurrent, après une pause dans sa carrière politique.

  • 1er mai 2015 à Paris, le fondateur et président d’honneur du FN, Jean-Marie Le Pen, fait des gestes sur scène tandis que la présidente du FN, Marine Le Pen, le regarde lors du rassemblement annuel du parti en l’honneur de Jeanne d’Arc.
    1er mai 2015 à Paris, le fondateur et président d’honneur du FN, Jean-Marie Le Pen, fait des gestes sur scène tandis que la présidente du FN, Marine Le Pen, le regarde lors du rassemblement annuel du parti en l’honneur de Jeanne d’Arc. — KENZO TRIBOUILLARD/AFP

    Aux cantonales de 2015, le FN est en tête dans 43 départements. Mais Jean-Marie Le Pen répète ses propos sur les chambres à gaz. Le 20 août, à 87 ans, l’ancien leader devenu trop encombrant dans l’objectif d’une communication de « dédiabolisation », est exclu du parti.

  • La candidate française à l’élection présidentielle du parti d’extrême droite Front National (FN) Marine Le Pen sourit sur scène à Hénin-Beaumont, le 23 avril 2017, après le premier tour de l’élection présidentielle.
    La candidate française à l’élection présidentielle du parti d’extrême droite Front National (FN) Marine Le Pen sourit sur scène à Hénin-Beaumont, le 23 avril 2017, après le premier tour de l’élection présidentielle. — ALAIN JOCARD/AFP

    En avril 2017, après un débat qu’elle reconnaîtra « raté », Marine Le Pen perd au second tour de la présidentielle (21 %) face à Emmanuel Macron. On remarque que la flamme et le nom du parti ont disparu du pupitre. Fin juin, elle est mise en examen dans une enquête sur les assistants parlementaires d’eurodéputés de son parti.

  • La présidente française du parti d’extrême droite Front National, Marine Le Pen, prononce un discours lors du congrès de son parti le 11 mars 2018 à Lille, dans le nord de la France.
    La présidente française du parti d’extrême droite Front National, Marine Le Pen, prononce un discours lors du congrès de son parti le 11 mars 2018 à Lille, dans le nord de la France. — PHILIPPE HUGUEN/AFP

    Réélue en 2018 à la tête du mouvement, Marine Le Pen veut symboliser la « mue » du FN en un « parti de gouvernement » et d’alliances : il devient le Rassemblement national (RN). La justice européenne confirme qu’elle doit rembourser près de 300.000 euros au Parlement européen. Sa mise en examen est requalifiée en « détournement de fonds publics ».

  • Marine Le Pen (R), candidate à du Rassemblement national (RN), parti d’extrême droite français, avant l’annonce des premiers résultats du second tour de l’élection présidentielle, à Paris, le 24 avril 2022.
    Marine Le Pen (R), candidate à du Rassemblement national (RN), parti d’extrême droite français, avant l’annonce des premiers résultats du second tour de l’élection présidentielle, à Paris, le 24 avril 2022. — JOEL SAGET/AFP

    L’Office européen de lutte antifraude (Olaf) préconise en mars 2022 le remboursement d’environ 600.000 euros que Le Pen et ses proches auraient abusivement utilisés. Le 10 avril 2022, elle échoue (41,5 %) face à Macron au second tour de la présidentielle. Jamais l’extrême droite ne s’est approchée à ce point du pouvoir sous la Ve République. Un événement que l’on partage en famille…

  • Marine Le Pen, leader d’extrême droite du Rassemblement national (RN) et députée française, pose pour une photo de famille avec les députés de son parti nouvellement élus l’Assemblée nationale, à Paris, le 22 juin 2022.
    Marine Le Pen, leader d’extrême droite du Rassemblement national (RN) et députée française, pose pour une photo de famille avec les députés de son parti nouvellement élus l’Assemblée nationale, à Paris, le 22 juin 2022. — CHRISTOPHE ARCHAMBAULT/AFP

    Aux législatives qui suivent l’élection présidentielle de 2022, le RN fait une percée historique avec 89 élus, devenant le premier parti d’opposition. L’élection du successeur de Marine Le Pen à la tête du parti est fixée au 5 novembre, cette dernière se consacrant à l’Assemblée. Jordan Bardella et Louis Aliot sont sur les rangs. Pour la première fois en cinquante ans, le président du RN ne sera pas un(e) Le Pen…

Retourner en haut de la page