En images : Le décès de Mahsa Amini déclenche des manifestations en Iran

REBELLION Mahsa Amini, âgée de 22 ans, a été arrêtée le 13 septembre à Téhéran, pour « port de vêtements inappropriés » par la police des mœurs. Son décès suspect a lancé une vague de manifestations dans le pays

O.J. avec AFP
— 
Une photo obtenue par l'AFP hors d'Iran montre des personnes se rassemblant lors d'une manifestation pour Mahsa Amini, une femme décédée après avoir été arrêtée par la "police des mœurs" de la République islamique, à Téhéran le 19 septembre 2022.
Une photo obtenue par l'AFP hors d'Iran montre des personnes se rassemblant lors d'une manifestation pour Mahsa Amini, une femme décédée après avoir été arrêtée par la "police des mœurs" de la République islamique, à Téhéran le 19 septembre 2022. — AFP

Trois personnes ont été tuées durant des manifestations au Kurdistan iranien déclenchées samedi par la mort d'une jeune femme détenue par la police des moeurs, a annoncé mardi un responsable. Mahsa Amini, âgée de 22 ans et originaire de la région du Kurdistan (nord-ouest), a été arrêtée le 13 septembre à Téhéran où elle était en visite avec sa famille, pour « port de vêtements inappropriés » par la police des mœurs. Le décès de la jeune femme a suscité une vague de colère en Iran, où des manifestations ont éclaté samedi au Kurdistan, puis à Téhéran et dans d'autres régions d'Iran.


Réalisation : Olivier JUSZCZAK

  • Des femmes fuient la police antiémeute lors d’une manifestation à la suite de la mort de Mahsa Amini, au centre-ville de Téhéran, en Iran, le 19 septembre 2022.
    Des femmes fuient la police antiémeute lors d’une manifestation à la suite de la mort de Mahsa Amini, au centre-ville de Téhéran, en Iran, le 19 septembre 2022. — AP/SIPA

    En Iran, se couvrir les cheveux est obligatoire en public. La police des mœurs interdit en outre aux femmes de porter des manteaux courts au-dessus du genou, des pantalons serrés et des jeans troués ainsi que des tenues de couleurs vives, entre autres.

  • Un kiosque dans la capitale iranienne Téhéran affiche des journaux le 18 septembre 2022, avec en première page des articles et des photographies de Mahsa Amini.
    Un kiosque dans la capitale iranienne Téhéran affiche des journaux le 18 septembre 2022, avec en première page des articles et des photographies de Mahsa Amini. — ATTA KENARE/AFP

    Mahsa Amini, âgée de 22 ans et originaire de la région du Kurdistan (nord-ouest), a été arrêtée par la police des mœurs le 13 septembre à Téhéran où elle était en visite avec sa famille, pour « port de vêtements inappropriés ».

  • Une photo prise à Téhéran le 18 septembre 2022 montre un journal iranien rapportant la mort de Mahsa Amini, une femme décédée après avoir été arrêtée par la police des mœurs.
    Une photo prise à Téhéran le 18 septembre 2022 montre un journal iranien rapportant la mort de Mahsa Amini, une femme décédée après avoir été arrêtée par la police des mœurs. — ATTA KENARE/AFP

    C’est une unité chargée de faire respecter le code vestimentaire strict de la République islamique d’Iran pour les femmes.

  • Des personnes se rassemblant lors d’une manifestation pour Mahsa Amini, une femme décédée après avoir été arrêtée par la police des mœurs de la République islamique, à Téhéran le 19 septembre 2022.
    Des personnes se rassemblant lors d’une manifestation pour Mahsa Amini, une femme décédée après avoir été arrêtée par la police des mœurs de la République islamique, à Téhéran le 19 septembre 2022. — AFP

    Masha Amini est tombée dans le coma après son arrestation et est décédée le 16 septembre à l’hôpital, selon la télévision d’Etat et sa famille.

  • Manifestation à la suite de la mort de Mahsa Amini, au centre-ville de Téhéran, en Iran, le 19 septembre 2022.
    Manifestation à la suite de la mort de Mahsa Amini, au centre-ville de Téhéran, en Iran, le 19 septembre 2022. — AP/SIPA

    Des militants affirment qu’elle a souffert d’une blessure à la tête alors qu’elle était en détention. La police iranienne a rejeté ces accusations et une enquête a été ouverte.

  • Manifestation à la suite de la mort de Mahsa Amini, au centre-ville de Téhéran, en Iran, le 19 septembre 2022.
    Manifestation à la suite de la mort de Mahsa Amini, au centre-ville de Téhéran, en Iran, le 19 septembre 2022. — AP/SIPA

    Le décès de la jeune femme a suscité une vague de colère en Iran, où des manifestations ont éclaté samedi au Kurdistan, puis à Téhéran et dans d’autres régions d’Iran.

  • Des Kurdes irakiens et des Kurdes iraniens résidant en Irak défilent près d’un parc dans la ville kurde irakienne de Souleimaniye, le 19 septembre 2022.
    Des Kurdes irakiens et des Kurdes iraniens résidant en Irak défilent près d’un parc dans la ville kurde irakienne de Souleimaniye, le 19 septembre 2022. — SHWAN MOHAMMED/AFP

    Face à la colère provoquée par cette mort, le représentant du guide suprême Ali Khamenei au Kurdistan, Abdolreza Pourzahabi, s’est rendu lundi au domicile familial de Masha Amini, selon l’agence Tasnim.

  • Des Kurdes irakiens et des Kurdes iraniens résidant en Irak défilent près d’un parc dans la ville kurde irakienne de Souleimaniye, le 19 septembre 2022.
    Des Kurdes irakiens et des Kurdes iraniens résidant en Irak défilent près d’un parc dans la ville kurde irakienne de Souleimaniye, le 19 septembre 2022. — SHWAN MOHAMMED/AFP

    A l’étranger, la Haute Commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme par intérim, Nada Al-Nashif, a exprimé « son inquiétude face à la mort en détention de Mahsa Amini (…) et à la réaction violente des forces de sécurité aux manifestations qui ont suivi ».

  • La police antiémeute arrive pour disperser des manifestants dans ke centre-ville de Téhéran, en Iran, le 19 septembre 2022.
    La police antiémeute arrive pour disperser des manifestants dans ke centre-ville de Téhéran, en Iran, le 19 septembre 2022. — AP/SIPA

    « La mort tragique de Mahsa Amini et les allégations de torture et de mauvais traitements doivent faire l'objet d'une enquête rapide, impartiale et efficace par une autorité compétente indépendante (...) », a-t-elle ajouté.

  • Manifestation à la suite de la mort de Mahsa Amini, au centre-ville de Téhéran, en Iran, le 19 septembre 2022.
    Manifestation à la suite de la mort de Mahsa Amini, au centre-ville de Téhéran, en Iran, le 19 septembre 2022. — AP/SIPA

    La mort de la jeune femme a aussi provoqué des critiques de hauts responsables iraniens contre la police des mœurs, connue officiellement sous le nom de Gasht-e Ershad, ou « patrouille d'orientation ».

  • Manifestation à la suite de la mort de Mahsa Amini, au centre-ville de Téhéran, en Iran, le 19 septembre 2022.
    Manifestation à la suite de la mort de Mahsa Amini, au centre-ville de Téhéran, en Iran, le 19 septembre 2022. — AP/SIPA

    De nombreux cinéastes, artistes, personnalités sportives, politiques et religieuses ont exprimé leur colère sur les réseaux sociaux après la mort de la jeune femme.

  • Manifestation à la suite de la mort de Mahsa Amini, au centre-ville de Téhéran, en Iran, le 19 septembre 2022.
    Manifestation à la suite de la mort de Mahsa Amini, au centre-ville de Téhéran, en Iran, le 19 septembre 2022. — AP/SIPA

    Mardi, le gouverneur du Kurdistan, Ismail Zarei Koosha, cité par l’agence de presse Fars, a fait état de « trois morts » lors des manifestations dans différentes localités de la province, sans préciser de date.

Retourner en haut de la page