La France a-t-elle peur de sa jeunesse ?

— 

AFP TV

"On est leur futur et ils ne nous écoutent pas !" C'est ainsi qu'une lycéenne de 18 ans résumait, le 4 avril, le ras-le-bol des nombreux lycéens et étudiants qui battaient le pavé parisien contre le CPE.

Peu représentés dans les gouvernement de la Ve République (les ministres et les présidents de cette ère n'étant pas de la prime jeunesse), les jeunes sont la plupart du temps assimilés à des fauteurs de trouble.

La France aurait-elle peur de sa jeunesse ?