«Jeu de la mort»: les internautes s'insurgent

TELEVISION Le débat sur le «Jeu de la mort» a été plutôt houleux. Aperçu de vos réactions...

L. B.
— 
Le Jeu de la mort, de Christophe Nick, diffusé le 17 mars sur France 2.
Le Jeu de la mort, de Christophe Nick, diffusé le 17 mars sur France 2. — C. RUSSEIL / FRANCE 2

Faute de faire l’unanimité, le Jeu de la mort a au moins le mérite de faire réfléchir et de faire connaître l’expérience scientifique de Milgram pour ceux qui ne la connaissaient pas. Ce qui est déjà pas mal pour un contenu subversif qui s’interroge sur le dispositif de la domination. Entre irritation et indignation, vous avez tantôt critiqué le programme, tantôt la nature humaine.

Beaucoup applaudissent le documentaire, le trouvant instructif. «Je l'ai trouvé excellent parce qu'il permet d'expliquer une étude scientifique très complexe», commente Guyom. Mais ce point de vue sur la transposition de l’expérience de Milgram à la télévision n’est pas partagé par tout le monde. Certains doutent de sa validité scientifique. Age considère, notamment, que «les scènes dans le labo psy sont déplorables en voulant glisser sans cesse entre «pouvoir de la télé» et «désobéissance systématique». Autant l'expérience de Milgram est sérieuse et permet de mesurer le degré d'obéissance à une institution, et de démontrer qu'une administration «bien faite» peut mener aux pires crimes physiques ou psychologiques jusqu'au suicide». Il n’est pas le seul à invoquer un tel argument.

Pour Embémol, «le protocole expérimental n'a absolument pas été respecté car on n’a pas dit combien de personnes parmi celles qui étaient prêtes à participer à une émission de télé-réalité (ce qui limite déjà pas mal le pourcentage potentiel) ont refusé de continuer à envoyer des décharges électriques. Le chiffre de 81% (ceux qui sont allés jusqu'au bout) est donc à prendre avec réserve».

Un constat sur l’homme

Le débat s’est surtout centré sur les résultats de l’expérience, à savoir que 81% des candidats sont allés jusqu’à infliger la décharge maximale. D’abord, vous ne comprenez pas comment ils ont pu y croire. «Il y a surtout 20% de personne très naïves qui pensent que l'ont peu vraiment envoyer des chocs électrique dangereux à une personne sur un plateau TV», critique O_o.

Ensuite, vous envisagez difficilement qu’autant de gens puissent aller jusqu’au bout. «Qu'en penser? que la nature humaine n'est justement pas très humaine! J'étais sidérée de voir ces personnes sourire du supplice qu'elles infligeaient à «l'autre» candidat», s’insurgent Lolo. Et lorsque certains internautes invoquent la méchanceté des candidats sélectionnés à l’émission, vous répondez que vous ne pouvez pas savoir comment vous auriez réagi à leur place comme cccclhymen: «J'ai trouvé l'émission passionnante et je me suis rappelé des paroles de Goldman dans «Né en 17 à Leidenstad»

Enfin, vous vous résignez à accepter le terrible constat sur la nature humaine, comme JamesDouglas: «Peu importe l'expérience, l'être humain est incontestablement égoïste et, de ce fait, il est une proie assez facile pour une autorité.» En somme quelque soit votre avis sur la question, vous réagissez plutôt violemment.