17 associations caritatives soupçonnées d'escroquerie: Continuerez-vous à donner?

DEBAT Vous racontez votre comportement humanitaire suite à l'ouverture d'une information judiciaire...

Paul Ackermann

— 

L'Association Mère Teresa mise en cause.
L'Association Mère Teresa mise en cause. — Reuters

Le parquet de Paris a ouvert en mars une information judiciaire pour escroquerie et abus de confiance à l'encontre de 17 associations caritatives qui auraient détourné des millions d'euros de dons selon Le Parisien.

C'est deux juges d'instruction du pôle financier du tribunal de Paris qui s'occupent du dossier et la brigade de répression de la délinquance astucieuse enquête sur les dirigeants des associations souvent domiciliées aux Etats-Unis ce qui fait de cette affaire une escroquerie «d'ampleur internationale». Sont visées, entre autres l'Association Mère Teresa, l'Association pour la recherche sur le diabète, la Ligue européenne contre la maladie d'Alzheimer.

Nous vous avons demandé ce que vous en pensiez. Et, comme le lapidaire Lamoni vous êtes nombreux à répondre, «je n'ai pas confiance». Encoreunemauvaise développe: «Je faisais des dons à diverses associations caritatives. Mais au vu de nombreuses déceptions sur les besoins en France qui ne sont pas couvertes par ces mêmes associations, cela fait maintenant quatre années que je ne donne plus qu'aux Pompiers.»

«Je préfère donner une bouteille à un SDF»

«Ce n'est pas nouveau tout ça, écrit de son côté Laurette51, il y a longtemps que je me doute que derrière les associations caritatives il y a malversation. Pourquoi en serait-il autrement? Je préfère donner un casse-croûte ou une bouteille à un SDF, au moins je sais où ça va!» Laurenzo entrevoit aussi une solution à ce problème: «Je donne régulièrement par prélèvement automatique, dit-il, certes des petites sommes mais le geste est là et à voir toutes les malversations et détournement de fonds je me demande si ces dons sont bien utilisés? Ne serait-il pas préférable de donner directement de la main à la main sans intermédiaire ou de donner des choses sans valeur marchande (blousons, chaussures)?» Et Mercure d'ajouter, «comme quoi la redistribution des richesses devrait être assurée par les états et non par des particuliers privés.»

Restent ceux qui veulent y croire comme A_gauche_toute: «Ma compagne et moi-même parrainons à hauteur de 25 euros par mois un enfant camerounais depuis 3 ans. Il est bien sûr très difficile d'avoir une traçabilité de l'utilisation de notre argent mais bon, on espère que c'est pour la bonne cause.»

Et vous, que pensez vous des œuvres caritatives? Donnez-vous en toute confiance? Continuez à nous le dire ci-dessous dans les commentaires...