Pourquoi la libération d’Ingrid Betancourt agace certains d’entre vous?

Paul Ackermann

— 

L'armée colombienne a libéré mercredi dans le sud-est de la Colombie l'otage franco-colombienne Ingrid Betancourt, trois Américains et onze militaires colombiens détenus par la guérilla des Farc, lors d'une opération d'infiltration soigneusement planifiée.
L'armée colombienne a libéré mercredi dans le sud-est de la Colombie l'otage franco-colombienne Ingrid Betancourt, trois Américains et onze militaires colombiens détenus par la guérilla des Farc, lors d'une opération d'infiltration soigneusement planifiée. — Rodrigo Arangua AFP

«Ils vont encore nous faire chier pendant deux semaines à la télé avec ça.» «C’est le plus beau jour de ma vie cette libération, ça me fait chaud au cœur cette bonne nouvelle… ah, deux secondes ça crie dehors en bas de chez moi… ah non c’est rien c’est une femme française SDF qui est en train de crever…».

Nombreux sont les internautes s’exprimant dans les commentaires à se plaindre de la couverture médiatique que connaît depuis mercredi soir la libération d’Ingrid Betancourt. D’autres regrettent que tant d’argent soit dépensé dans cette affaire alors que le pouvoir d’achat est en berne et que l’on «ne peut plus s’acheter d’essence pour aller au travail».

Amertume et injustice sociale


«C’est que ça fait un moment qu’elle commence à me courir l’Ingrid.» «Opération enfumage et détournement en cours en France.» Dans les blogs aussi le cynisme et la méfiance ont cours. Alors pourquoi tant de pessimisme (sans parler des commentaires obscènes qui nous ont forcés à fermer les commentaires sous plusieurs articles)?

Pour François Miquet-Marty, patron de l’institut de sondage Viavoice, cette «amertume» est liée au fait que, sur les sites d’informations, ce sont surtout les gens qui ont quelque chose à critiquer qui s’expriment: «Dans les sondages que nous avons faits, explique-t-il, la libération d’Ingrid Betancourt est toujours une des préoccupations d’actualité les plus importantes. Les gens qui s’expriment sur les sites ne sont donc pas représentatifs de l’opinion globale.»

Ingrid n'est pas Carla

Pour ce qui est de la couverture médiatique, «les gens la comprennent, c’est un événement très attendu qui n’est pas assimilable aux sujets récurrents, comme celui de Carla Sarkozy, qui irrite souvent les sondés.»

L’accueil de la population serait donc positif pour le sondeur. «On retient l’image d’une femme engagée qui a beaucoup souffert, tout le reste est secondaire dans ce genre d’histoire émotionnelle.»

François Miquet-Marty reconnaît cependant que «depuis le début de l’année, on est dans un contexte d’amertume qui s’amplifie avec la perte de pouvoir d’achat, la hausse du prix des carburants et le sentiment d’injustice sociale.» Justement les sujets que vous mentionnez dans vos commentaires…

Dans les commentaires sous cet article, vous continuez dans la même veine: Hi20m écrit par exemple, «vu les photos de son retour on a l'impression qu'elle a passé six ans de vacance et cela agace les Français qui ont du mal à partir deux semaines». Caro20secondes lance même «pour une fois qu'on peut s'exprimer, c'est sûr qu'on va pas dire que tout va bien». Et Aigue marine de conclure, comme beaucoup d'autres internautes, «cette libération est un grand bonheur pour l'intéressée et sa famille qui ont eu la chance d'avoir les médias pour eux, alors que tant d'autres meurent dans l'anonymat dans les prisons de dictateurs».

Restent quelques internautes pour se réjouir de la nouvelle comme OuvronsLesYeux: «Pour moi, cet évènement est historique pour la planète. Une prisonnière politique qui défendait les droits humains et l'écologie a été libérée saine et sauve après six ans dans la jungle, fusil sur la tempe... et je plains les gens qui n'ont rien d'autre à faire que de se lamenter sur leur propre sort. Pour une fois qu'une bonne nouvelle arrive, et ce, depuis le début de l'année!!! Vous avez le coeur tellement assombri que même la joie n'a plus envie de se montrer sur votre visage.»

Alors, qu’en pensez-vous? Dites-le nous ci-dessous (sans obscénités, s’il vous plaît)…