«Mondial»: Tal fait «un clin d’œil à la Coupe du monde» dans son nouveau single

INTERVIEW Alors que le premier extrait de son nouvel album sort ce vendredi, Tal parle de cette chanson et du concert des Enfoirés à « 20 Minutes »…

Propos recueillis par Fabien Randanne

— 

La chanteuse Tal.
La chanteuse Tal. — Fifou

Double actualité pour Tal ce vendredi. Alors qu’elle donne de la voix dans le concert des Enfoirés que diffuse TF1 dès 21h, elle fait son retour avec un nouveau single, Mondial. Une chanson « de soutien à l’équipe de France pour la Coupe du monde », annonce Warner, sa maison de disques. C’est aussi le premier extrait de son nouvel album prévu pour cet été.

D’où est venue l’idée de cette chanson pour la Coupe du monde ?

Il y a deux ans, avec LNT [le groupe qui a réalisé son précédent album], on avait déjà la mélodie, mais on l’a finalement laissée de côté. On a décidé de revenir dessus parce qu’on se disait que c’était un morceau fédérateur dans le son. On a intégré le sample d’Ecuador, de Sash ! pour apporter une touche vintage. J’ai coécrit le texte avec Soprano. Il était la bonne personne. L’an passé, au concert des Restos du cœur, j’ai eu de longues discussions avec lui – je l’adore, on a les mêmes valeurs d’humanité, de partage. Au départ, on parlait de carnaval pour cette idée de rassemblement haut en couleur et on a décidé de faire un clin d’œil à la Coupe du monde parce que le football n’est pas qu’un jeu, ça permet de réunir les gens.

Vous avez déjà assisté à un match ?

Oui, la première fois, c’était il y a quatre ou cinq ans au Parc des princes. Je ne sais plus contre qui jouait le PSG, ce n’était pas un « gros » match. Mais je me souviens de l’énergie des supporters qui portait les joueurs de la même manière que le public d’un concert donne de la force à un artiste.

« Mondial » sample « Ecuador » de Sash ! Pourquoi avoir choisi ce tube de 1997 ?

C’est un morceau que l’on connaissait tous. Petite, je dansais dessus, ça m’ambiançait direct. Ce sample fonctionnait avec les accords qu’on avait faits à la base, ça donnait du pep’s à l’ensemble, un côté festif complètement cohérent.

Dans son communiqué, Warner annonce que, pour le clip, vous allez partir « aux quatre coins de la France à la rencontre de tout un chacun »…

Oui, je commence le tournage demain [mardi, l’interview a été réalisée lundi] et il sera visible à la fin du mois. On me verra rouler sur les routes de France et d’ailleurs et j’embarquerai les gens avec moi.

A quoi faut-il s’attendre avec votre nouvel album ?

Il est encore en construction, avec deux titres à finaliser. J’ai coécrit plusieurs morceaux avec Moussa Mansaly, qui jouait dans le film Patients. Sa plume est instinctive, moderne et ça me parle. J’ai 28 ans, j’ai besoin de mots qui me ressemblent et il a su trouver ceux qu’il fallait pour exprimer ce que je voulais dire. J’ai aussi travaillé avec Ben Mazué, un artiste dont j’ai adoré les vidéos sur Internet dans lesquelles il s’accompagne à la guitare, rappe, chante… Au niveau du son, l’album sera plus immédiat, plus pop, avec cette patte vintage dont je parlais.

Ce vendredi, TF1 diffuse le concert des Enfoirés enregistré l’an passé au Zénith de Strasbourg. Quel souvenir en gardez-vous ?

C’est un moment riche en émotions, c’est une très belle cause et on est tous là pour la servir. Il y a un vrai partage entre artistes. Toutes les générations se mélangent, on échange beaucoup et, après le concert, chacun ne repart pas de son côté. Arrivés à l’hôtel, on peut parler ou chanter ensemble jusqu’à 4h du matin. C’est comme une colonie de vacances et c’est vraiment cool de sentir un tel échange.