VIDEO. Sanremo 2018: Une chanson inspirée par les mots du mari d'une victime du Bataclan crée l'émotion

MUSIQUE Vendredi, la lettre d’Antoine Leiris, devenue célèbre notamment pour sa phrase « Vous n’aurez pas ma haine », a été lue en préambule de la chanson « Non mi avete fatto niente », qui est l’une des favorites pour remporter ce samedi le Festival de la chanson italienne…

Fabien Randanne

— 

Ermal Meta et Fabrizio Moro au Festival de Sanremo le 6 février 2018.

Ermal Meta et Fabrizio Moro au Festival de Sanremo le 6 février 2018. — Maurizio D'Avanzo / IPA/SIPA

« Vendredi soir, vous avez volé la vie d’un être d’exception, l’amour de ma vie, la mère de mon fils mais vous n’aurez pas ma haine. » Ces mots déchirants qu’Antoine Leiris a écrits le 16 novembre 2015, quelques jours après la mort de son épouse Hélène dans l’attentat au Bataclan, à Paris, ont résonné vendredi soir au théâtre Ariston de Sanremo (Italie), créant un instant d’émotion au cœur d’ un festival de la chanson italienne habitué à plus de légèreté.

L’intégralité du texte que le Français avait publié sur Facebook a été dit, en italien, par le chanteur Simone Cristicchi en préambule du morceau Non mi avete fatto niente (« Vous ne m’avez rien fait ») avec lequel concourent Ermal Meta et Fabrizio Moro. Cette chanson évoque explicitement les récents attentats survenus dans le monde et notamment en Europe.

Sur les réseaux sociaux, les internautes italiens, ont été nombreux à se dire bouleversés par cette séquence qui n’est pas passée inaperçue car 10 millions de téléspectateurs (51 % de parts d’audience) ont suivi le spectacle en direct sur la Rai 1.

« Une émotion difficile à décrire. La colère, la poésie, la sensibilité, l’espérance et la liberté se sont rejointes sur cette scène et nous ont offerts quelque chose d’extraordinaire. »

« Je tremble encore. Cette lettre dite par Cristicchi m’a touchée au cœur. Je n’arrive pas à arrêter de pleurer. Vous avez fait comprendre le sens de la chanson à ceux qui ne l’avaient pas encore compris. »

« Quelqu’un chante fort, quelqu’un hurle à la mort »

« En France, il y a un concert, les gens s’amusent. Quelqu’un chante fort, quelqu’un hurle à la mort. (…) A Nice, la mer est rouge de feux et de honte, de gens sur l’asphalte, de sang dans le caniveau », disent les paroles à la tonalité pacifiste. « Vous ne m’avez rien fait, vous n’avez rien eu », insiste le refrain, comme un écho à « Vous n’aurez pas ma haine ». Ermal Meta ne cache pas que les paroles de la chanson qu’il a cosignée avec Francesco Moro et Andrea Febo lui ont été inspirées par la lettre du Français endeuillé.

La phrase « Vous n’aurez pas ma haine » est venue à Antoine Leiris sur le chemin du retour de l’institut médico-légal, où il avait pu voir le corps de sa compagne décédée. Elle est devenue le titre de son livre de témoignage publié chez Fayard au printemps 2016 et qui a été adapté cet automne au Théâtre du Rond-Point à Paris. L’an passé, Etienne Cardiles, l’époux de Xavier Jugelé, le policier tué dans lors de l’attentat sur les Champs-Elysées le 20 avril  avait par ailleurs fait référence à cette phrase dans son hommage à son mari. « Lorsque sont parus les premiers messages informant les Parisiens qu’un événement grave était en cours sur les Champs-Élysées et qu’un policier avait perdu la vie, une petite voix m’a dit que c’était toi et elle m’a rappelé cette formule généreuse et guérisseuse : "Vous n’aurez pas ma haine". »

En route pour l’Eurovision ?

Ce samedi soir, Ermal Meta et Francesco Moro interpréteront à nouveau Non mi avete fatto niente sur la scène de l’Ariston, en finale du Festival de Sanremo. La présence de Simone Cristicchi et la lecture du texte vendredi étaient exceptionnelles car, ce soir-là, les chanteurs en lice devaient convier d’autres artistes à se joindre à eux pour chanter leur chanson.

Non mi avete fatto niente fait figure de favorite parmi les vingt chansons en lice pour remporter cette 68e édition. Si le duo Meta - Moro s’impose à l’issue des votes du public et des journalistes dans la nuit de samedi à dimanche, ils se verront proposer de représenter l’Italie à l’Eurovision en mai. Mais le morceau reprenant en partie la mélodie et des vers d’une chanson éditée en 2016 signée par Andrea Febo, l’un des coauteurs de Non mi avete fatto niente - ce qui a donné lieu à une polémique en Italie - il pourrait ne pas être autorisé à concourir lors de la finale du concours européen qui se tiendra à Lisbonne (Portugal) en mai.