«Bum bum tam tam»: MC Fioti «remercie Bach tous les jours pour l'inspiration»

INTERVIEW Il a 23 ans et est en passe de conquérir le monde (de la nuit), «20 Minutes» a rencontré MC Fioti, l'homme à l'origine de la chanson « Bum bum tam tam »...

Propos recueillis par Claire Barrois

— 

MC Fioti, le compositeur et chanteur de «Bum bum tam tam».
MC Fioti, le compositeur et chanteur de «Bum bum tam tam». — DR
  • La chanson « Bum bum tam tam » a dépassé le milliard de vues en ligne.
  • Son compositeur, MC Fioti, a donné une interview pour la première fois en France.
  • Inspiré par Bach, il ne compte pas s’arrêter en si bon chemin.

Plus de 600 millions de vues sur Youtube (mais ça évolue tellement vite qu’à l’heure où vous lirez cet article il en sera déjà loin) et 10 mois après la mise en ligne de Bum bum tam tam, DJ Fioti ambiance les meilleures soirées (sinon, changez d’amis ou de boîte) avec sa chanson. 20 Minutes a cherché à en savoir plus sur les sources d’inspiration du Brésilien de 23 ans qui a composé son tube sur un iPhone à partir de la Partita en La mineur de Bach.

On nous a dit que « Bum bum tam tam » c’était du baile funk. Mais c’est quoi le baile funk ?

C’est une fête très populaire des quartiers populaires brésiliens. On en a tiré une musique, qui se décline en trois styles : un où on passe un message, un pour danser, s’amuser, et un style pop. Au début, je voulais passer un message dans ma musique, et ensuite j’ai lancé Bum bum tam tam qui appartient clairement à la deuxième catégorie. C’est fait pour s’amuser.

Comme Luis Fonsi, vous avez sorti une reprise internationale de votre tube, comme lui, vous faites un carton et vous êtes l’un des rares artistes sud-américains qu’on écoute en France. Ça vous fait quoi d’être comparé à lui ?

Je ne pensais pas qu’on me comparait à lui, c’est un grand honneur. Despacito, c’est vraiment un succès gigantesque, il y a quatre milliards de vues dans le monde ! Pour l’instant Bum bum tam tam n’est qu’à un milliard, mais si elle suivait le chemin de Despacito, ça serait incroyable.

Pour écrire la chanson, vous vous êtes basé sur la « Partita en la mineur » de Jean-Sébastien Bach. Qu’est-ce qui vous a poussé à choisir ce morceau ?

Je suis aussi producteur et je cherchais un son très différent. J’ai fait des recherches sur Internet et je suis tombé sur cette Partita. Très vite, j’y ai ajouté un beat, puis de la musique et des paroles. J’aimais beaucoup le fait que ce soit de la flûte, je me suis basé dessus. Avec les paroles, ça donne une chanson entraînante, qui attire les gens, qui fait tomber les femmes dans mes bras ! Avec la flûte, la musique ressemble à celle d’un charmeur de serpents.

Pour vos prochaines chansons, allez-vous encore reprendre du Bach ou visez-vous autre chose ?

C’est un scoop, mais j’ai commencé à travailler sur un autre morceau de Bach. [Après un peu d’insistance de la part de 20 Minutes] C’est un menuet qui m’intéresse pour l’instant, mais le présent c’est Bum bum tam tam. Ensuite j’ai envie de faire encore trois-quatre chansons avec cette énergie, et après je ferai sûrement des chansons plus engagées. J’en ai envie en tout cas.

Vous avez composé votre première chanson sur iPhone, avec très peu de moyens. Vous pensez pouvoir garder ce son très particulier pour la suite ?

Maintenant, j’ai accès aux plus grands studios de São Paulo, avec du matériel de pointe. Mais j’ai commencé avec mon iPhone et j’ai envie de continuer comme ça.

Au final, vous pouvez être reconnaissant à Bach d’avoir composé, non ?

Je pense tous les jours à lui et je le remercie de m’avoir donné l’inspiration. Je me dis aussi qu’il doit être content de ce que j’ai fait de sa musique.