Le metal, ça s'apprend... mais ça prend du temps !

MUSIQUE Notre journaliste, qui a suivi un entraînement intensif au metal, dresse son bilan...

Benjamin Chapon

— 

Une scène tout à fait ordinaire pour les fans de metal au festival Hellfest 2016
Une scène tout à fait ordinaire pour les fans de metal au festival Hellfest 2016 — SEBASTIEN SALOM-GOMIS/SIPA

On ne devient pas fan de metal en écoutant du metal pendant sept jours. C’est un fait désormais scientifiquement éprouvé. Après une semaine d’immersion absolue dans le monde du metal, pas seulement d’un point de vue musical mais aussi sociologique et culturel, je peux affirmer que je n’aime pas trop cette musique, que les concerts du Hellfest auxquels j’ai assisté cette année m’ont laissé majoritairement de marbre, que je ne rêve pas de revoir Gojira ou Rammstein sur scène, que je n’attends pas avec impatience le prochain album de Ghost et que la retraite de Black Sabbath m’en touche une sans bouger l’autre (je parle des cordes de ma guitare, métaphore…)

Notre journaliste musical se donne une semaine pour se mettre au metal (aidez-le)

Néanmoins, tel n’était pas le but de l’opération. Pour mémoire, après la publication d’un article sur la présence d’artistes metal dans les festivals grand public, les vives critiques de fans de metal m’avaient poussé à faire une promesse : j’allais progresser.

Se coltiner la merde

Après une semaine à écouter du metal et parler metal avec de nombreux fans éclairés, ma connaissance a progressé, évidemment. J’ai compris pourquoi metal ne prend pas d’accent (on dit « chanteur de rock », on ne dit pas « chanteur de rocher »). Je connais mieux désormais les différentes familles musicales cachées sous le terme fourre-tout. J’ai compris comment et pourquoi les métalleux usaient et abusaient parfois de postures outrancières, et rigolotes, quitte à entretenir certains clichés.

Romane, jeune métalleuse amoureuse de Hellfest voit plusieurs écueils dans mon apprentissage. « Déjà, t'as écouté que des trucs que des gens t’avaient conseillé. Tu ne t’es pas coltiné tout un tas de disques de merde comme moi. » C’est le syndrome « filière littéraire ». Jusqu’à 18 ans, le jeune lecteur n’a lu que les livres conseillés par ses profs. Il croit connaître, mais il n’a aucune idée de ce qu’est la littérature, la vraie, la médiocre, la passable qui remplit les librairies et les bibliothèques.

Autre erreur de débutant, je croyais comprendre la richesse de certains genres en me contentant d’écouter des disques. « Mon père, il écoute du free jazz. J’en entends depuis que je suis tout petit, explique Xavier. Hé ben, je n’y comprends toujours rien. » Je n’avais donc aucune chance de saisir la beauté de Mayhem et Behemoth, d’après cet adepte du metal extrême qui n’a pas quitté les scènes Temple et Altar du Hellfest, dédiés au doom, au black et au death metal.

Ados attardés mais pas que

Mais finalement, y aura-t-il désormais de meilleurs articles sur le metal dans 20 Minutes ? Pas sûr. En revanche, il y en aura sans doute davantage. Comprendre, même en surface, la richesse d’un genre musical incite nécessairement à s’y intéresser. « Le succès du Hellfest a incité de nombreux médias grand public à s’intéresser à nous, m’expliquait Stéphane Buriez, chanteur de Loudblast. Mais ils continuent à parler du metal comme d’un phénomène, pas d’une musique à part entière. »

Pourtant, les gamins qui ont découvert le rock avec Iron Maiden et AC/DC dans les années 1980 sont aujourd’hui potentiellement à la tête des rédactions (pas celle de 20 Minutes, on vous rassure, qui apprécie  le reggae et Benjamin Biolay). « Il y a chez les fans de metal un côté sale gosse ou ado attardé, reconnaît Stéphane Buriez. On assume ça, mais je ne comprends pas les gens qui voient le metal comme un genre pour ados en crise et rien d’autre. »

La plupart des fans de metal interrogés expliquaient être « tombés dedans » très jeunes. Je ne suis plus tout jeune. Mais désormais, pour annoncer le prochain album de Gojira ou quand il faudra faire le bilan des festivals metal en France, tout un tas de chouettes souvenirs de cette semaine de juin me reviendront.