Renaud donne une interview au blog de la Préfecture de police et fait l'éloge des policiers

MUSIQUE Dans l’entretien publié ce vendredi, le chanteur déclare notamment qu’il n’est plus un « bouffeur de flics »…

F.R.
— 
Le 7 janvier 2016, place de la République, Renaud a rendu hommage des victimes des attentats de Paris, un an après l'attaque terroriste à «Charlie Hebdo».
Le 7 janvier 2016, place de la République, Renaud a rendu hommage des victimes des attentats de Paris, un an après l'attaque terroriste à «Charlie Hebdo». — KENZO TRIBOUILLARD / AFP

« J’ai embrassé un flic », chante-t-il sur son nouvel album. « Et je lui ai donné une interview », pourrait-il ajouter dans une version remixée. Car c’est bel et bien un court entretien avec Renaud qu’a publié le blog de la Préfecture de police ce vendredi.



« [Les] casseurs, [les] bouffeurs de flics (…) m’imaginent peut-être comme un des leurs, moi qui fut entre 68 et 75 un "bouffeur de flics" acharné. J’avais 16 ou 20 ans, j’en ai bientôt 64, vous comprendrez qu’on évolue, qu’on change, que la police a changé aussi. Aujourd’hui je les vois comme des protecteurs de l’Etat de Droit, des protecteurs des citoyens lambda, des gens qui se chargent de notre sécurité et de lutter contre toute forme de criminalité », déclare notamment le chanteur.

Il serait volontiers allé à la manifestation contre « la haine anti-flics »

Des propos plutôt surprenants de la part de celui qui, il y a quarante ans, chantait « La France est un pays de flics, à tous les coins de rue y’en a cent. Pour faire régner l’ordre public, ils assassinent impunément », dans sa chanson Hexagone.

Renaud a aussi assuré qu’il se serait volontiers joint au cortège de « cette manif "halte à la haine du flic !" » s’il n’avait pas redouté de « [se] faire allumer par tous les médias ».