Christine and the Queens taille un costard aux journalistes

MUSIQUE La chanteuse déplore que certains médias attribuent ses propres idées aux hommes qui l'entourent...

F.R.

— 

Image extraite du clip de «Paradis Perdus»
Image extraite du clip de «Paradis Perdus» — Christine and the Queens

Pour le (beau) clip de son nouveau single, Paradis Perdus, Christine and The Queens a revêtu une veste et un pantalon qui s’allongent à vue d’œil. Ce jeudi, elle taille un costume aux journalistes. Du moins à certains d’entre eux. « C’est curieux comme la moitié des papiers qui relaient mes clips attribuent toujours mes idées aux hommes avec qui je collabore », déplore la chanteuse sur son compte Twitter.

>> Voir le clip de « Paradis Perdus »

Elle poursuit : « Je me permets d’en parler ici, car c’est extrêmement frustrant de travailler son projet jusque dans les détails de ses clips et de comprendre par la suite qu’il suffira qu’un homme soit dans la pièce avec toi pour qu’il soit considéré à l’origine de tes idées. »

Christine and The Queens donne l’exemple du clip de No Harm is Done qu’elle a elle-même réalisé. « L’encouragement que m’a donné Woodkid devenait, en fonction du journaliste, un "coaching à la réalisation" », note-t-elle.

 

Si Paradis Perdus mêle les mots de Christophe et Kanye West, que ce soit dit : l’idée du costume rose qui s’agrandit dans son le clip est bien celle de la chanteuse. L’interprète de Saint Claude ajoute, toujours sur Twitter : « Au journaliste qui me demandait récemment si on avait encore besoin du féminisme en France, j’ai donc envie de répondre : oui. »