Måns Zelmerlöw: «L'Eurovision m'a ouvert beaucoup de portes»

INTERVIEW Le chanteur suédois, désormais connu dans le monde entier, sort un nouvel album le 8 juin. Il explique à «20 Minutes» ce que que sa victoire au concours de chansons a changé pour lui...

Propos recueillis par Fabien Randanne, avec Dolorès Bakèla

— 

Måns Zelmerlöw.
Måns Zelmerlöw. — Per Kristiansen

Il y a une semaine, il était inconnu en France. Samedi dernier, à Vienne (Autriche), il est devenu pour des millions de téléspectateurs « le gagnant de l’Eurovision ». Le 8 juin, son dernier album, Perfectly Damages, sortira dans l’Hexagone. Ce sera l’occasion pour votre mémoire de retenir définitivement son nom : Måns Zelmerlöw. Ce vendredi, l’artiste suédois de 28 ans a trouvé le temps de répondre aux questions de 20 Minutes. Première surprise : c’est dans un français sans accent qu’il lance la conversation : « Bonjour, comment allez-vous ? »

Il y a bientôt une semaine, vous remportiez le concours Eurovision de la chanson. Comment vous sentez-vous, aujourd’hui ?

Très bien ! J’ai vécu une semaine géniale et trépidante, très riche en émotions. Dimanche, des centaines de personnes m’attendaient à mon arrivée à l’aéroport de Stockholm, puis je suis allé à Lund, ma ville natale, où 15.000 personnes m’ont accueilli. C’est fou ! L’Eurovision m’a ouvert beaucoup de portes. Là (vendredi midi), je viens de participer à une émission de télé anglaise et je vais reprendre l’avion après n’être resté que 12 heures à Londres et ce soir j’entame, comme prévu, une tournée de 35 dates en Scandinavie…

Vous étiez le grand favori du concours cette année. Etiez-vous confiant dans votre victoire ?

Je n’étais pas si confiant que ça samedi, le soir de la finale. Je pensais que la Russie ou l’Italie pouvaient gagner. Ce ne sont pas toujours les favoris qui gagnent et ce statut peut-être négatif puisque les gens ont tendance à se dire : « C’est lui le favori, il aura assez de votes en sa faveur, votons pour les autres. »

Vous étiez-vous préparé à ce que pouvait entraîner votre victoire ?

Je m’étais préparé mais je ne m’attendais pas à tant. Je ne pouvais pas rêver un accueil aussi chaleureux de la part du public. Ma chanson Heroes, a été classée numéro 1 sur iTunes dans 21 pays… Je ne l’aurais jamais imaginé !

Avez-vous vu la prestation de la candidate française, Lisa Angell ?

Honnêtement, non. Comme je chantais en 10e position, je n’ai pas vu les performances des candidats précédents. Mais d’après ce qu’on m’en a dit, les impressions sont contrastées sur la chanson. Il y a ceux qui l’ont trouvée brillante et ceux qui l’ont trouvée un peu lente…

Quel conseil donneriez-vous pour que le titre qui représentera la France au prochain concours ait un profil de chanson gagnante ?

Je ne suis pas sûr d’avoir la réponse. Le français est la plus belle langue du monde. J’aime la chanson française, j’ai d’ailleurs chanté Et maintenant ? et Ne me quitte pas. Une chanson peut gagner sans être en anglais. Le message doit parler au public, mais comme on est à l’Eurovision, il faut aussi quelque chose de différent, qui attire les yeux et les oreilles.

Après avoir reçu votre trophée des mains de Conchita Wurst, à l’Eurovision, vous avez déclaré : « Peu importe qui vous aimez, qui vous êtes ou en qui vous croyez, nous sommes tous des héros »...

Oui, c’est très important d’avoir des droits égaux.

La polémique de l’an passé (dans une émission en Suède il avait déclaré qu’il n’était « pas naturel pour les hommes de vouloir coucher ensemble ») est donc une vieille histoire ?

J’ai présenté mes excuses. Les mots que j’ai employés ne reflettaient pas ma pensée. L’homosexualité est aussi naturelle que l’hétérosexualité. Je soutiens les personnes LGBT et leurs droits.

Votre nouvel album sort le 8 juin en France, à quoi peut-on s’attendre ?

C’est un album dont je suis très fier. Il a des mélodies puissantes, des vibrations organiques et des éléments électros.

Vous envisagez de faire des concerts en France ?

J’adorerais. Je pense que je viendrai dans une quinzaine de jours en France pour faire un peu de promotion. Mon rêve est de faire une tournée internationale. Je n’en ai jamais été aussi proche. C’est complètement incroyable ce que je vis maintenant.

Découvrez notre webdocumentaire consacré à l'Eurovision en cliquant sur l'image ci-dessous:

 

Visuel «21e Minute» - Eurovision 2015 - Rolf Klatt/REX/REX/SIPA