VIDEO. Amy Winehouse: Sa famille juge «trompeur» un documentaire sur la chanteuse

MUSIQUE Le film «Amy», présenté au prochain festival de Cannes, retrace le parcours de la chanteuse de soul décédé en 2011...

20 Minutes avec AFP

— 

Amy Winehouse, à Londres, en mars 2009.
Amy Winehouse, à Londres, en mars 2009. — DFH/ZDS/WENN.COM/SIPA

La famille d'Amy Winehouse, décédée à 27 ans, juge «trompeur» un documentaire sur la vie de la chanteuse britannique qui doit être présenté le mois prochain au festival de CannesAmy retrace le parcours de la chanteuse de soul, ses premiers pas sur scène, la gloire avec notamment le tube Rehab, jusqu'à sa mort en 2011 du fait d'une alcoolisation excessive.

«Des contre-vérités basiques»

Dans un communiqué publié lundi, un porte-parole explique que la famille Winehouse souhaite «se dissocier du film qui va sortir au sujet de leur très aimée et regrettée Amy».«Ils pensent que le film est une occasion manquée de célébrer sa vie et son talent et qu'il est trompeur et contient des contre-vérités basiques», dit-il. « Il y a des allégations précises contre la famille et le management qui sont infondées et déséquilibrées », ajoute-t-il. La famille n'a pas précisé quelles allégations étaient visées en particulier.

Le documentaire est réalisé par le Britannique Asif Kapadia, qui avait reçu un BAFA du meilleur documentaire en 2011 pour Senna, sur le champion brésilien de Formule 1 Ayrton Senna. L'équipe d'Amy défend son travail dans un communiqué: «Quand nous avons été approchés pour faire le film, nous nous sommes lancés avec le soutien complet de la famille Winehouse et nous avons abordé le projet avec une objectivité totale, comme avec Senna», soutiennent les documentaristes.

«100 interviews avec des gens qui ont connu Amy»

Ils affirment avoir mené «100 interviews avec des gens qui ont connu Amy Winehouse: amis, famille, anciens partenaires et membres de l'industrie musicale qui ont travaillé avec elle». «L'histoire que le film raconte est le reflet de ce que nous avons trouvé à partir de ces interviews», appuient-ils.