Pourquoi David Bowie est un candidat idéal au musée

MUSIQUE La Philharmonie à Paris consacre sa première exposition à l'icône pop. «20 Minutes» explique pourquoi ce choix est une évidence...

Benjamin Chapon

— 

Vue de l'exposition David Bowie is à la Philharmonie, à Paris
Vue de l'exposition David Bowie is à la Philharmonie, à Paris — Jacques Brinon

Comme une évidence. Au moment d’inaugurer ses espaces d’exposition flambant neufs, la Philharmonie de Paris a choisi de consacrer David Bowie. L’exposition n’est pas inédite. Conçue au Victoria & Albert Museum de Londres en 2013, elle a connu un succès considérable partout où elle est passée: Toronto, São Paulo, Berlin et Chicago. L’aura mystique qui entoure le personnage et l’œuvre donne tout son sel à l’exposition.

>> L’exposition David Bowie is en images…

 

Forte de 300 objets, d’une scénographie magnifique et de la diffusion de musique par des haut-parleurs très haute fidélité, David Bowie is est l’événement culturel de la fin de l’hiver à Paris. On y découvre tout David Bowie sauf David Bowie. Le chanteur, qui vit reclus, probablement à New York, ne s’est montré à aucune des inaugurations. C’est aussi pour cela que cette exposition est une évidence.

Parce qu'il a lui-même construit une collection autour de sa carrière

Maniaque des détails, comme tous les grands génies, David Bowie ne jetait rien et était son premier fan. Les archives personnelles de David Bowie, considérables, sont la première source de l’exposition. Parmi les 15.000 objets de la collection Bowie, les commissaires en ont sélectionné 300. Au-delà d’un trouble de la personnalité que peut révéler une telle mégalomanie maniaque, cette collection montre que David Bowie a toujours été très conscient de son aura et de son image.

Parce qu'il a les plus beaux costumes de scène

Feu la Cité de la musique, devenue la Philharmonie, a l’habitude de concevoir de grandes et belles expositions autour des figures de la musique. Ces dernières années, on peut citer Miles Davis, Georges Brassens ou Bob Dylan (pour les musiciennes, en revanche, rien à signaler). Mais l’exposition Bowie se place un rang au-dessus de toutes celles-ci grâce aux formidables costumes de scène qu’elle présente. Exposer des partitions annotées par Brassens ou des vieilles guitares de Bob Dylan, c’est bien joli mais pas très spectaculaire. Sa relation à la mode est passionnante. Pionnier de la personnification sur scène, David Bowie s’est inventé mille vies de rock star en même temps qu’il faisait évoluer son style musical.

>> David Bowie et la mode, c’est toute une histoire…

Parce qu'il traverse l’histoire contemporaine de la musique de part en part

Au volant des véhicules Ziggy Stardust, Aladdin Sane, Halloween Jack puis du Thin White Duke, David Bowie a traversé comme un bolide trente ans de musiques. Le glam, le punk, le disco, le funk, le rock électro… Aucun genre, ou presque, ne lui a échappé. L’exposition, très chronologique permet aussi une leçon sur l’histoire des musiques amplifiées de la deuxième partie du XXe siècle.

Parce qu'il est un artiste total

Eric de Visscher, directeur du musée de la musique à la Philharmonie, parle de David Bowie comme d’un «personnage au caractère très complet: star du rock, conteur, acteur, travesti, homme de théâtre et artiste visuel.» Le petit David voulait devenir mime, puis il s’est intéressé à toutes les formes d’arts visuels. L’exposition montre des dessins de Sonia Delaunay qui ont inspiré Bowie, ainsi que des textes poétiques de William Burroughs. Artiste total, David Bowie se disait «tridimensionnel». Cette approche absolue de l’art permet évidemment une exposition d’une très grande richesse.