Entre Luce et Mathieu Boogaerts, c’est «Chaud»

MUSIQUE L’ex-lauréate de «Nouvelle Star» a confié à Mathieu Boogaerts l’écriture et la composition de son deuxième album…

Benjamin Chapon

— 

Luce et Mathieu Boogaerts
Luce et Mathieu Boogaerts — Thibault Montamat

Luce et Mathieu Boogaerts, c’est déjà une longue histoire. En 2010, toute fraîche lauréate du télécrochet Nouvelle Star de M6, Luce demande au chanteur de lui composer quelques chansons pour son premier album. «Je l’ai youtubisée et elle m’a tout de suite inspiré, raconte Mathieu Boogaerts. Je lui ai écrit sept chansons.» Finalement, deux seulement seront choisies pour l’album Première phalange. «J’ai été frustré. Quand elle est revenue me voir pour cet album, j’ai dit oui à condition que je fasse tout.» Chaud est donc presque autant un album de Luce que de Mathieu Boogaerts.

«A un moment, on a même pensé créer un groupe pour cet album, raconte Luce. Finalement, je suis beaucoup plus à l’aise avec ce CD qu’avec le premier. Sur Première phalange, j’avais peur d’ennuyer les gens, je voulais montrer ce que je savais faire. Du coup, il manquait de cohérence. Avec Chaud, je me sens enfin chanteuse parce que je me sens légitime.»

Le mariage des contraires

Luce a dû admettre son statut d’interprète et évacuer «une pression pour me faire écrire des chansons». La chanteuse s’est parfaitement retrouvée dans l’écriture, pourtant si particulière de Mathieu Boogaerts. L’attelage, étonnant sur le papier, fonctionne à merveille et donnera lieu à une tournée piano voix avec les deux artistes seuls en scène.

«On a une expérience de vie totalement différente. Je suis de la ville, elle est de la campagne. J’ai beaucoup voyagé, elle est plutôt casanière. C’est une jeune femme, je suis un homme… mûr, raconte Mathieu Boogaerts. Pourtant, j’ai tout de suite senti qu’on allait s’entendre.»

Juste un doigt

Le ciment du «couple» semble être l’humour. L’une et l’autre n’hésitent pas à s’envoyer petites piques et allusions scatologiques avec un sourire coquin. Au-delà de sa poésie et de ses mélodies, on sent que Mathieu Boogaerts apporte aussi à Luce une certaine confiance en elle. Il l’incite notamment à oser une dose d’improvisation sur scène.

«Elle est à deux doigts de se lâcher vraiment. Elle a vachement d‘imagination dans sa manière de parler, explique un Mathieu Boogaerts admiratif. Pour les textes, je me suis inspiré de phrases qu’elle seule pouvait inventer. Elle est hypermusicale, à l’écoute.» Ces deux-là brouillent joliment les rôles de muse et Pygmalion.