Victoires de la musique: Benjamin Clementine, une révélation sur la bonne voix

MUSIQUE Le chanteur anglo-ghanéen vient de sortir un premier album. Il pourrait être primé le 13 février...

Benjamin Chapon

— 

Benjamin Clementine
Benjamin Clementine — Micky Clement

Le destin de Benjamin Clementine est l’archétype de la belle histoire. Un peu de mystère, un peu de chance, un peu de talent… La recette est idéale. Son premier album, ils étaient nombreux à l’attendre depuis deux ans. Notamment ceux qui avaient déjà entendu la voix de Benjamin Clementine lors des Francofolies de La Rochelle en 2013.

Grand et beau jeune homme anglo-ghanéen, doté d’une agréable voix soul, Benjamin Clementine a quitté ce qu’on devine être une situation familiale complexe mais privilégiée en Angleterre pour Paris, il y a quelques années. «Découvert» par deux producteurs alors qu’il chante dans le métro pour gagner sa vie, il mettra trois ans à concocter son album. Dans les derniers mois, il a reçu le soutien du prestigieux label Barclay d’Universal.

Album en janvier, Victoire en février

Une semaine après la sortie de son premier album, en janvier, Benjamin Clementine était nommé aux Victoires de la musique dans la catégorie «révélations» grâce à un EP sorti quelques mois plus tôt.

Si tous les ingrédients du joli coup marketing sont là, y compris un accueil critique plutôt enthousiaste, le premier album de Benjamin Clementine ne verse dans aucune des recettes musicales à la mode. Si on a pu la classer, un peu vite, dans le registre soul, sa musique mêle mélodies minimales et interprétation théâtrale.

Sur les pas de Christine & the Queens

S’il venait à décrocher, vendredi 13 février, une Victoire de la musique, Benjamin Celementine pourrait marcher dans les pas de Christine & the Queens, lauréate l’an dernier dans la même catégorie et nommée cinq fois cette année.

Le chanteur, qui se défend de tout calcul et clame son «authenticité», cumule comme elle une esthétique suffisamment exotique pour séduire les blasés et un fond musical grand public. En 2013, Benjamin Clementine, déjà un peu las d’attendre que son album sorte enfin, nous demandait: «Vous pensez que ma musique peut intéresser les Français? Votre culture est si différente de la mienne… Chaque fois que quelqu’un dit apprécier ma musique, c’est un choc pour moi.» Même sans boule de cristal, on peut prédire que Benjamin Clementine va finir par s’y habituer.