Usimages, les photographes à l'usine

Diaporama

Charlotte Gonthier
— 
Luca Zanier/Anzenberger

L'invention de la photographie a permis de suivre les évolutions de la vie quotidienne, elle a aussi permis de découvrir les bouleversements de l'industrie à travers les âges. Pour la première fois, une manifestation photographique est entièrement dédiée à ces images, elle se nomme Usimages. En tout, seize expositions sont proposées dans les communes du Chotelais (Creil, Montataire, Nogent-sur-Oise et Villers-Saint-Paul et également dans la commune voisine de Saint-Maximin) du 4 avril au 31 mai 2015.

Photo: Luca Zannier, Space Energy, Beznau Space and Energy, Vue intérieure du spectromètre principal, Institut Karlsruher pour la technologie de Karlsruhe, Allemagne.

Réalisation: Charlotte Gonthier

  • Luca Zanier/Anzenberger

    L'invention de la photographie a permis de suivre les évolutions de la vie quotidienne, elle a aussi permis de découvrir les bouleversements de l'industrie à travers les âges. Pour la première fois, une manifestation photographique est entièrement dédiée à ces images, elle se nomme Usimages. En tout, seize expositions sont proposées dans les communes du Chotelais (Creil, Montataire, Nogent-sur-Oise et Villers-Saint-Paul et également dans la commune voisine de Saint-Maximin) du 4 avril au 31 mai 2015.

    Photo: Luca Zannier, Space Energy, Beznau Space and Energy, Vue intérieure du spectromètre principal, Institut Karlsruher pour la technologie de Karlsruhe, Allemagne.

    Réalisation: Charlotte Gonthier

  • Luca Zanier/Anzenberger

    Par des images d'archives et contemporaines, Usimages nous fait revivre les grands virages de l'industrie, du tout humain au tout mécanique.

    Le photographe Luca Zanier sera exposé au Jardin du Pavillon Carpentier à Villiers-Saint Paul. Le photographe suisse nous offre des photos brutes de décoffrage des centrales électriques suisses.

  • Bart SORGEDRAGER

    Bart Sorgedrager sera exposé à Nogent-sur-Oise, au Jardin japonais et à la médiathèque Maurice-Schumann. Il se considère comme un photographe documentaire. Le Néerlandais a édité plusieurs livres d'images qu'il a réalisées les mois précédant la fermeture définitive des usines. 

    Photo: Dans l'usine de production de chariots élévateurs Mitsubishi et Caterpillar d'Almere avant sa fermeture.

  • Bart SORGEDRAGER

    Son travail dans cette usine a fait l'objet d'un livre - son huitième ouvrage sur un tel sujet.

  • Roland Lacoste

    Roland Lacoste sera exposé à l'Espace Matisse de Creil. Il est né en 1928. Fils de cordonnier, il s'est passionné dès l’adolescence pour la photographie, dont il a fait l’apprentissage par ses propres moyens en 1944-1945. 

  • Roland Lacoste

    Il a obtienu le brevet de photographe et est entré peu après chez 

    Usinor Trith en 1948. Il y est resté jusqu’en 1983, autant dire de la reconstruction à la fermeture.

  • Archives Plate-forme Kuhlmann

    Les photos d'archives de la Plate-forme Kuhlman de Villiers-Saint-Paul seront exposés au Jardin du Pavillon Carpentier de Villiers-Saint-Paul. Cette usine de produits chimiques destinée à la fabrication de matières colorantes a été initiée par l'Etat en 1917. 

  • Archives Plate-forme Kuhlmann

    Après maintes réorientation de production chimique, l'entreprise se dote d'un service photographique dans les années 1970 pour assurer sa communication.

  • Jean-Pierre Gilson

    Jean-Pierre Gilson 
sera exposé au groupe hospitalier public du Sud de l'Oise à Creil. Photographe de paysage, Gilson s'est lancé dans une recherche de la mutation des sites industriels en Picardie. Le déclin industriel s'est accentué dans les années 1970 pour finir réellement il y a une dizaine d'années. Ces lieux sont à l'abandon pour beaucoup. L'objectif du photographe: leur rendre leurs titres de noblesse.

    Photo: Ancienne sucrerie, Francières

  • Jean-Pierre Gilson

    Du même photographe, l'ancienne briqueterie et tuilerie de Gannes
.

  • Nicolas Havette

    Nicolas Havette 
sera exposé sur les arrières de bus du Stac. Les délocalisations des industries ont déplacés avec eux le combat pour le droits des travailleurs.

  • Nicolas Havette

    Le photographe détourne l'esthétique publicitaire des marques de textiles pour mettre en avant le portrait et les paroles de ces hommes et de ces femmes qui se battent au quotidien pour que la dignité soit respectée dans les usines.

  • Archives Départementales de l'Oise

    Au musée Gallé-Juillet à Creil, une exposition revient sur l'approche des photographes tout au long du XIXe siècle. 

    Photo: Manufacture française de tapis et couvertures à Beauvais, cliché Henry Lachéroy.

  • RMN-Grand Palais (domaine de Compiègne) / Stéphane Maréchalle

    En août 1855, à l’occasion de la venue à Paris de la Reine Victoria pour 

    l’Exposition universelle, James de Rothshild, président et principal actionnaire de la Compagnie des Chemins de Fer du Nord, fait réaliser un somptueux album retraçant le trajet ferroviaire de Boulogne à Paris emprunté par la Reine. Les photographies sont commandées à Edouard Baldus. En 1859, c’est à l’Empereur Napoléon III que le banquier et industriel remet l’album de photographies intitulé «Album du train impérial. Voyage de Paris à Compiègne par Chantilly». Les photographies, et en particulier celles des ouvrages techniques, ne sont sans doute pas l’œuvre de Baldus mais plus certainement d’Auguste-Hippolyte Collard, spécialisé dans la représentation des travaux publics. 

  • François Deladerrière

    François Deladerrière est exposé au Cinéma à Montataire. 

    La curiosité du photographe de rentrer dans des usines a été assouvie par une commande passée par la Fondation Facim sur la ville et les aciéries d’Ugine en Savoie.

  • François Deladerrière

    Le photographe a pu aller dans tous les recoins de l'usine et découvrir le fonctionnement de l'atelier tout en écoutant les employés de l'usine parler de l'esthétique du lieu. Ses images sont le reflet de ces rencontres et de l'ambiance dont parlent les ouvriers.

  • Archives Départementales de l'Oise

    Les photographies de l'entreprise Daydé et Pillé sont exposées à la Serre du Musée Gallé-Juillet de Creil. Les photographies qui retracent les construction de cette entreprise qui a intégrée Eiffel construction métalliques sont montrées pour la première fois au public.

  • Archives Départementales de l'Oise

    Elles datent de 1900 à 1904 et ont été données par le petit-fils du photographe Emile Navellier à l’Association pour la Mémoire Ouvrière et Industrielle du bassin creillois (AMOI).

  • Xavier Antoinet et Arthur Mettetal

    Xavier Antoinet et Arthur Mettetal sont exposés à la Maison de la pierre du Sud de l'Oise à Saint-Maximin. En mai 2013, Xavier Antoinet se lance dans une série d'images qui font apparaître les cheminées d'usine dans le paysage de l'Avesnois et de Lille-Roubaix-Tourcoing. Arthur Mettetal se charge d'interviewer des acteurs économiques, culturels et politiques pour les sonder sur leur vision du patrimoine industriel.

  • Xavier Antoinet et Arthur Mettetal

    Dans le Nord-Pas-de-Calais, les cheminées d'usine font partie du paysage depuis longtemps et sont ancrées dans la rétine des habitants. Le collectif l’Anachronique Symposium Comittee, des deux protagonistes, interroge sur ces cheminées qui ne fument plus.

  • Sylvain Bonniol

    L'âge de l'air de Sylvain Bonniol est à voir au Centre d'affaires et d'innovation sociale de Nogent-sur-Oise. Le photographe a passé cinq années à collaborer avec Airbus et Stelia aeropsace. Par ces images le public rendre dans les nouvelles usines du XXIe siècle.

    Photo: Aerolia de Méaulte, 2006.

  • Sylvain Bonniol

    Comme pour les images d'usines du XIXe siècle, elles sont autant belles que documentaires. 

    Photo: Airbus à Nantes, 2010.

  • Arnaud Chambon

    Les photographies d'Arnaud Chambon sont exposées à la galerie d’art du collège Marcelin Berthelot de Nogent-sur-Oise. L'exposition se nomme «La résistance et le confort de la fonte émaillée». C'est slogan de Jacob 

    Delafon qui résumait au début du siècle dernier les avantages des baignoires fabriquées dans la fonderie de Noyon. Des baignoires qui sont aujourd’hui fabriquées à Fengxian en Chine.

  • Arnaud Chambon

    Le photographe a photographié l'usine après l'arrêt définitif de la production, entre avril 2007 et février 2009: «Ce livre était nécessaire pour moi: je voulais donner une valeur bien à moi à cette usine dans laquelle j’ai travaillé en tant que fils d’employé, confie-t-il. Dans la région on l’appelait la Fonderie, mais je sais bien que c’était une petite fonderie comme il en a existé beaucoup. Je suis retourné la photographier dans le silence...»

Retourner en haut de la page