Prix unique du livre : l'Europe en ordre dispersé

— 

La loi française sur le prix unique du livre du 10 août 1981 est loin d'être unique en Europe, où plusieurs grands pays de l'Union disposent, parfois depuis très longtemps, d'un système de prix fixe, en application d'une loi ou d'accords interprofessionnels.
Dans certains pays - comme la Grèce ou le Portugal - c'est la loi française qui a servi de modèle, note dans un rapport la Direction du livre et de la lecture du ministère de la Culture.
En Allemagne, le prix fixe existe depuis 1888. L'éditeur fixe un prix que le libraire est tenu d'appliquer. C'est un contrat collectif qui lie les libraires à l'ensemble des quelque 1.700 éditeurs affiliés.
En juin 2000, le Parlement autrichien a adopté une loi sur le prix unique. Une clause prévoit que le prix des livres importés ne doit pas être inférieur au prix fixé par l'éditeur dans son propre marché.
En Espagne, une loi de 1975, confirmée en 1990 par un décret royal, établit le prix unique du livre. Prix fixe également depuis 1996 au Portugal.
La Grèce a instauré un système de prix fixe en 1997. Quelques exceptions existent, notamment pour les livres mis à disposition des entités publiques.
Au Royaume-Uni, l'accord interprofessionnel qui régissait le commerce des livres depuis 1900 a été suspendu en 1995. La libre concurrence a accéléré depuis le développement des grandes enseignes.
Même chose en Irlande, la Commission européenne s'étant opposée en 1989 aux aspects transnationaux de l'accord interprofessionnel britannique.
Pas de prix unique non plus en Belgique, où plusieurs projets de loi élaborés dans les années 90 n'ont pas abouti.
En Italie, les autorités de la concurrence ont déclaré illicites les accords entre éditeurs et libraires en vigueur dans les années 80.
En Suède, le système du prix unique a été aboli en 1970, mais un dispositif d'aide à l'édition a été mis en place après la libération des prix du livre.