Saintes, où l'on révèle les secrets anciens

©2006 20 minutes

— 

La Saintonge est le plus bel endroit du monde. Il s'y tient un festival et coup de chance, il est excellent. Depuis longtemps considéré comme La Mecque de la musique ancienne, le festival de Saintes reste attaché à la pratique musicale sur copies et instruments d'époque. « Il ne s'agit pas d'être des fétichistes. Si ça apporte quelque chose à l'oeuvre, on le fait, explique Stephan Maciejewski, directeur artistique du festival. Jouer Schütz, comme cela se fait souvent, avec des instruments modernes, trompette, tuba et trombone, est une stupidité. » Nous aurons donc droit ce soir à un concert avec saquebutes, théorbe, cornets à bouquin, clavecin... « Les instruments anciens résistent moins bien à la chaleur. Il faut les réaccorder plus souvent. » Et l'atmosphère, d'habitude si fraîche, de la sublime abbaye aux Dames souffre d'être ouverte au public, tous les jours et gratuitement, pour les répétitions. « Certains pensent que le concert doit rester un moment magique et à part. Notre approche est pédagogique. Personnellement, j'en apprends plus sur les oeuvres pendant les répétitions que durant le concert. » Ces répétitions sont l'un des bons plans à retenir. Un autre consiste à réserver une cellule dans l'abbaye pour la durée du festival. Mais attention, la plupart sont réservées par l'organisation. Jusque très récemment, le directeur y logeait pendant le festival : « J'avais l'une des deux seules avec sanitaires. Parce que je suis le directeur quand même. » Une dernière astuce vous permet d'assister aux concerts avec une vue sur l'orchestre et une acoustique excellente. Réclamez d'être placés dans la tribune des soeurs malades. Ce balcon discret, autrefois réservé aux moniales enrhumées, nous est indiqué par le responsable des bénévoles. Et ces jeunes mélomanes sont nombreux à revenir d'une année sur l'autre prêter main-forte en échange de concerts gratuits. Etonnant pour qui n'a pas une oreille accoutumée à la musique sacrée allemande du xviie siècle. Le concert du soir fut, pour nous, le premier vrai choc artistique de cette tournée des festivals.

Benjamin Chapon