Didier Daeninckx : «L'Occupation n'a pas été purgée»

©2006 20 minutes

— 

Interview de Didier Daeninckx, écrivain. Dernier roman : Itinéraire d'un salaud ordinaire (Gallimard).

Pourquoi raconter l'Occupation par la figure du collaborateur plutôt que par celle du résistant ?

Pour montrer la vérité au ras du bitume. Le collabo permet de voir l'abjection ordinaire pendant l'Occupation. Le regard du résistant valorise ce qu'il y a eu d'exceptionnel dans cette période d'abaissement. Mais les résistants apparaissent aussi puisque mon personnage principal – un jeune policier parisien en poste juste avant la rafle du Vél d'Hiv en mai 1942 – ne cesse de les traquer.

Meurtres pour mémoire, La mort n'oublie personne... l'Occupation revient constamment dans votre oeuvre. Pourquoi ?

C'est une période qui n'a pas été purgée. Papon a été définitivement condamné en 1998 pour des faits commis en 1942. Il a fallu attendre le discours de Chirac de 1995 sur le Vél d'Hiv, pour que l'Etat reconnaisse la complicité de la France dans la solution finale. Les institutions ont du mal à traiter ces problèmes en temps réel, et l'art vient donc en franc-tireur avec les romans, les films, les chansons...

Où se situe Itinéraire d'un salaud ordinaire comparé à vos autres livres ?

Meurtres pour mémoire repose sur la personnalité de Papon et parle des criminels de bureau qui tuaient d'une signature ou d'un coup de tampon, sans jamais voir leurs victimes qui n'étaient que des listes de noms. Mais les Papon ou les Bousquet n'ont pu exister que parce que sur le terrain, ils ont disposé d'une phalange d'hommes obéissants. J'ai voulu décrire ces milliers de terminaisons nerveuses, qui, elles, étaient confrontées à la détresse des victimes.

Recueilli par Bastien Bonnefous

Clément Duprest, étudiant en droit, intègre la police en 1942. Pendant quarante ans, il sera de tous les coups tordus politiques (Vichy, la décolonisation, 1968, jusqu'à la candidature de Coluche en 1981...). Romancier de l'histoire, Didier Daeninckx retrace brillamment la mémoire noire de cette France du secret.